Mois : février 2018

99% of All Music Streaming Comes from Just 10% of Available Songs

But, did you know that 99% of those 377 billion streams were from the top 10% of 2017’s most-streamed tracks?
Less than 1% of streams accounted for all other music. According to BuzzAngle Music, people readily prefer to stream the most popular releases each year over most other songs. Rather than solve this discrepancy, music streaming platforms like Spotify and Apple Music have only helped to fuel it.

All of which raises the question: with more people only streaming songs from popular musicians, how exactly will indie music survive?

Can music platforms geared towards indie artists solve this glaring disparity?

Bilan 2017 du marché de la musique enregistrée en France

Le marché de la musique enregistrée a progressé de + 3.9% en 2017, pour la deuxième année consécutive (+5.4% en 2016) et
atteint 723 M€. Résultat des efforts déployés par les producteurs et toute une filière pour s’adapter à la nouvelle donne numérique,
cette reprise est encourageante.
Mais si la reprise se dessine, elle est encore fragile. Avec 583M€, le chiffre d’affaires physique et numérique commence tout
juste à recréer la valeur perdue et n’atteint que 40% du marché de 2002 (1.43Mds€). Les producteurs de musique sont optimistes,
mais considèrent ces indicateurs avec prudence : la dynamique de la production n’est pas encore pérenne, les nouveaux modèles
économiques ne sont pas encore matures

SACD – Mobilisation pour l’emploi artistique dans les Arts de la Scène

Ce lundi 05 février, la SACD et l’Union des Artistes conviaient les artistes, opérateurs culturels et représentants politiques à un séminaire de réflexion sur la question cruciale de l’emploi artistique, à l’heure où la FWB s’apprête à renégocier plus de 200 contrats-programmes. En attendant une synthèse, voici déjà un point sur les interventions et témoignages

PARTENARIAT WBM : RÉSEAU FERAROCK (FR)

Wallonie-Bruxelles Musiques a mis en place un partenariat avec la FERAROCK, l’un des deux réseaux principaux de radios associatives en France. Si votre projet est sélectionné, voici ce qui vous sera proposé: • Un article dédié sur le site de la Ferarock.• L’annonce des dates de tournée.• Une promotion sur les réseaux sociaux durant la semaine du partenariat.• Pendant une semaine:
– Diffusion quotidienne de l’album
– Présentation à l’antenne quotidienne par les animateurs.
– Mise en place de jeux-concours pour faire gagner des liens téléchargement.

Le programmateur culturel sert-il vraiment (à) quelque chose ?

Catherine Dutheil-Pessin, sociologue de la culture, professeure à l’université de Grenoble, et François Ribac, compositeur et sociologue, maître de conférences à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, publient aux éditions La Dispute La Fabrique de la Programmation Culturelle. Le livre est né au terme d’une étude menée auprès d’un panel de programmateurs issus d’institutions culturelles reconnues ainsi que de lieux plus petits, mais à la non moindre influence.
Quelques thématiques abordées :

Une responsabilité artistique remise essentiellement aux programmateurs
Le programmateur : expert ou éclaireur ?
Quelle différence y a-t-il entre le bon et le mauvais programmate« Humanitude » et droits culturelsur ?

En 20 ans, l’économie de la culture a changé de visage

Que représente l’économie de la Culture en France ? En 2016, sa valeur ajoutée s’élevait à 44,5 milliards d’euros. Une part importante dans l’économie du pays et pourtant, elle est en baisse continue depuis 2003. Car le secteur a subi de plein fouet la révolution du numérique et finalement, bien plus rapidement que les autres. Ce qui est donc important de mesurer, c’est le poids de l’économie de la culture par rapport à l’ensemble de l’économie. En 2016, il ne représente plus que 2,2% du PIB français, contre 2,5% en 2003. Il est même inférieur à son poids de 1995.

En 20 ans, l’économie de la culture a changé de visage

Que représente l’économie de la Culture en France ? En 2016, sa valeur ajoutée s’élevait à 44,5 milliards d’euros. Une part importante dans l’économie du pays et pourtant, elle est en baisse continue depuis 2003. Car le secteur a subi de plein fouet la révolution du numérique et finalement, bien plus rapidement que les autres. Ce qui est donc important de mesurer, c’est le poids de l’économie de la culture par rapport à l’ensemble de l’économie. En 2016, il ne représente plus que 2,2% du PIB français, contre 2,5% en 2003. Il est même inférieur à son poids de 1995.