Sophian Fanen : « La directive copyright va changer le paysage de la musique en ligne en Europe »

Quel impact cette directive, et particulièrement son article 13 (devenu article 17), auront-ils sur le streaming en France et en Europe?

SF : Cette directive va changer le paysage de la musique en ligne en Europe et changer le rapport de force avec Youtube. Mais elle va surtout changer la façon dont la musique s’écoute sur Youtube, ou même bientôt sur Facebook et sur toutes les grosses plateformes de vidéo où les utilisateurs génèrent eux-mêmes le contenu. En gros, elle va véritablement transformer YouTube en un Spotify bis.

En gros, l’idée c’est que YouTube fasse comme Deezer, Spotify ou encore Apple Music, c’est-à-dire qu’ils signent un contrat qui est renégocié toutes les X années (3 ans en général), avec un échange financier, des minimums garantis, etc. Ces contrats de licence sont des accords contractuels qui autorisent YouTube à distribuer, à mettre à disposition, ou à laisser des internautes mettre à disposition les œuvres des maisons de disque, que ce soit Universal, Sony Music, Warner, mais aussi Because Music puisque les deux groupements d’indépendants Impala et Merlin sont aussi concernés.
Et derrière ça il y a aussi l’obligation faite à YouTube de non plus simplement retirer les œuvres signalées par les ayants droit qui ne veulent pas que ces œuvres circulent (le « take down »), mais de surtout ne plus les laisser réapparaître (le « stay down »). En résumé, c’est donner tout le contrôle aux gestionnaires des droits de décider de ce qui a le droit ou non de circuler. On est dans la continuité de l’ensemble des textes qui régissent ce milieu.

La musique est un marché international aujourd’hui, plus que jamais, et si c’est fait en Europe ça va être déplacé sur le principal marché qu’est l’Amérique du nord. Cela va forcément changer le rapport de force parce que YouTube était jusqu’à présent un partenaire un peu forcé des maisons de disque, mais un partenaire un peu malhonnête qui se cachait derrière son statut d’hébergeur pour dire « moi, vous savez, la musique c’est pas vraiment mon métier, moi mon métier c’est de faire de la technologie, moi je fournis des technologies vidéo pour mes internautes et ce sont les internautes qui s’intéressent à la musique ». Là forcément, YouTube va être obligé de dire « je suis un distributeur de musique comme Deezer, comme Spotify, comme Apple Music, j’ai des responsabilités, je dois payer les maisons de disque et les artistes, etc., je dois être plus transparent… ». Quand le monde de la musique dit que YouTube profite de la circulation de la musique pour s’enrichir sans la rémunérer à sa juste valeur, c’est vrai. On ne sait pas combien YouTube apporte à Google chaque année, c’est un chiffre qui n’est pas communiqué. Il y avait énormément de flou dans la relation entre YouTube et la musique, et le but de cette directive, c’est de clarifier les responsabilités de chacun.

Article plus détaille en suivant ce lien sur le site ruedebaguette.com : https://www.rudebaguette.com/2019/03/sophian-fanen-directive-copyright/



Catégories :Infos générales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :