Quand le jazz contamine le rap, et vice-versa

Cent ans après la parution aux États-Unis du premier disque de jazz, la consommation du genre est au plus bas. Le jazz ne représente plus que 1 % de toute la musique écoutée ou achetée, selon le plus récent bilan annuel de la firme Nielsen sur les tendances du marché américain de la musique.

Pourtant, il suffit de tendre l’oreille pour reconnaître l’influence du jazz dans la musique pop, en premier lieu du côté du hip-hop, genre populaire dominant en Amérique du Nord. Le jazz laisse des traces. Suivons-les.

«La musique est comme une roue qui tourne; ce n’était qu’une question de temps avant que les kids redécouvrent le jazz aujourd’hui», pense le bassiste et chanteur Stephen Bruner, alias Thundercat. Pilier de la nouvelle scène jazz–hip-hop de Los Angeles, il vient de lancer Drunk, un divertissant album qui marie dans le sourire jazz-fusion, funk, R’n’B et pop.

Pour lire la suite de l »article bien documenté du Devoir (Québec) sous la plume de Philippe Renaud : https://www.ledevoir.com/culture/musique/493710/quand-le-jazz-contamine-le-rap-et-vice-versa



Catégories :Infos générales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :