[Tribune] La musique classique face à la crise écologique : vers le « slow musician » ?

L’industrie de la musique classique impose aux solistes stars comme aux grands orchestres de prendre l’avion à un rythme effréné. Touchés par le « flygskam », les musiciens classiques pourraient décider de ralentir et de refuser l’avion tant que possible. Tribune.

À l’heure où chaque secteur essaie de réduire ses émissions carbone, le milieu de la musique classique est bien embêté. Les carrières de musicien requièrent des déplacements fréquents en avion : les solistes « star », comme certains grands orchestres, sont un jour à Tokyo, deux jours plus tard à Paris puis à New-York le lendemain. 

On ne lit plus une interview de musicien sans le moment de contrition attendu sur son bilan carbone « catastrophique ». Mais, au-delà du flygskam, concept suédois pour décrire cette « honte de prendre l’avion », quelles sont les actions entreprises pour changer la donne ?

L’impact global de l’industrie musicale est sans doute faible par rapport à d’autres secteurs. Il est d’ailleurs difficile d’obtenir des statistiques claires sur les migrations annuelles en avion des musiciens classiques. Mais la question se pose avec insistance – à l’échelle individuelle et collective. 

Suite de l’article sur socialter : http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/802/tribune_la_musique_classique_face__la_crise_cologique__vers_le__slow_musician__



Catégories :Infos générales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :