Afrique : Magali Wora : « La méconnaissance du métier de manager d’artistes est réelle sur le continent »

Opératrice culturelle originaire du Gabon, Magali Wora a accompagné de nombreux artistes sur le continent. Elle vient de publier unouvrage baptisé Guide d’initiation au management artistique en musique urbaine en Afrique dans lequel elle partage ses 18 ans d’expérience dans le métier. Music in Africa l’a rencontrée.

Il suffit de parcourir le continent africain, de rencontrer des artistes pour se rendre compte que même s’il y a des talents incroyables, ils sont toujours très peu réellement encadrés. Et ceux qui les encadrent disent qu’ils sont les managers, mais même quand certains ont fait 10 ans dans le showbiz, c’est effarant de se rendre compte qu’en réalité même eux ne savent pas ce que c’est qu’être un manager.

La méconnaissance du métier est toujours réelle. Mais il y a une nouvelle génération qui veut s’instruire et c’est cette génération qui vient à mes ateliers de formation, à mes conférences et qui achète mon livre.

Dans un passage de l’ouvrage, vous insistez pour qu’un manager ne change pas l’univers musical d’un artiste, nous remarquons d’un autre côté, que des maisons de disques imposent parfois un style musical aux artistes. N’est-ce pas là aussi le rôle d’un manager, aider un artiste à vendre et à gagner beaucoup d’argent ?

Le manager développe la carrière de l’artiste. Le major (une des principales maisons de disque) ou le producteur indépendant, finance les projets de l’artiste pour avoir en retour des bénéfices. C’est du pur business. Le rôle du manager dans ce cas de figure reste celui de conseil.

Notre rôle est celui d’aider l’artiste à se poser les bonnes questions et à accepter d’en assumer les conséquences. « Es-tu d’accord pour qu’on te mette sur un registre différent du tien ? », « mesures tu que si tu fais des chansons avec X, Y ou Z cela aura un impact sur tes fans ? », « Assumes-tu de changer de style musical ? ».

Mais comme je le dis aussi dans mon livre, celui qui a le dernier mot sur le choix final, c’est : l’artiste. Pas le manager. Vous savez, il y a des artistes qui signent avec des labels, ils prennent des grosses sommes en avance et puis quand le major exige une certaine direction artistique, ils se plaignent en oubliant que le dernier mot qui les a conduits à la signature était le leur. Ce n’est pas le manager qui signe avec le major, c’est l’artiste.

Suite de l’article de Musicinafrica : https://www.musicinafrica.net/node/84579



Catégories :Infos générales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :