Canada : Notre culture est menacée à haute vitesse, il est urgent d’agir! (lettre collective)

Il faut aujourd’hui récolter 30 millions d’écoutes en ligne pour rentabiliser un projet d’album, souligne le collectif.

Les Canadiens et Canadiennes consomment de plus en plus [la culture] sur Internet et sur les plateformes de diffusion de musique, de vidéos, de journaux et de livres. En moins d’une génération, ces services sont devenus incontournables et très populaires. Ce n’est pas étonnant. Pour environ 10 $ par mois, on nous donne accès à des dizaines de millions de pièces musicales. Pour 10 $ de plus, on nous propose des milliers d’heures de séries et de films. Il n’a jamais été aussi facile d’emporter sa bibliothèque avec soi ni aussi rapide d’accéder à un nombre illimité de nouveaux titres.

Des contenus illimités, instantanés et universels, que nous payons peu. Alors, pourquoi s’en plaindre ? Parce que le numérique n’a pas seulement transformé les modes d’accès aux contenus culturels, il a aussi bouleversé les écosystèmes culturels sans que l’on adapte les règles du jeu.

Dans l’industrie de la musique, selon les chiffres de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), il faut aujourd’hui récolter 30 millions d’écoutes en ligne pour rentabiliser un projet d’album, contre 15 000 exemplaires physiques vendus. Un membre de la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) qui a touché des redevances en 2018 n’a en moyenne reçu que 54 $ provenant des sources numériques.

Par le passé, le Canada a su adopter des politiques protégeant la culture et favorisant le développement d’écosystèmes culturels locaux riches et variés. Ces politiques sont désormais inadaptées à l’environnement numérique et ne suffisent plus à faire rayonner notre culture ni à générer des revenus suffisants pour les artistes, auteurs, créateurs, producteurs, professionnels et entrepreneurs de la culture. Le gouvernement a, certes, lancé plusieurs consultations et amorcé la révision de lois fondamentales pour le secteur culturel, mais le prochain mandat doit à tout prix être celui de l’action. C’est pour nous en assurer que nous lançons aujourd’hui une campagne pancanadienne.

Il est encore possible de prendre des mesures pour sauver notre culture. Suivons l’exemple de l’Union européenne, où de nombreuses réformes ont été adoptées au cours des dernières années. Elles permettent maintenant aux États de protéger les droits d’auteur dans l’espace numérique, de récolter des redevances et de fixer des quotas de contenus européens et nationaux aux plateformes.

Suite de cette lettre collective avec les signataires dans le Devoir : https://www.ledevoir.com/opinion/idees/560927/notre-culture-est-menacee-a-haute-vitesse-il-est-urgent-d-agir



Catégories :Infos générales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :