Europe : Culture: nulle part ou partout?

Analyse de KEA. KEA European Affairs est un centre international de recherche en stratégie politique spécialisé dans la culture et l’industrie créative ainsi que dans le sport.

Où est la culture?

La question était sur toutes les lèvres du secteur culturel européen le jour où la Présidente von der Leyen a annoncé la composition de sa nouvelle équipe. Appelé une «erreur», signalé comme «manquant», que sont devenues le portefeuille Education, Culture, Jeunesse et Sport?

Reconnaissant les préoccupations liées à l’absence du mot « culture » dans les titres des commissaires, ce court article tente de jeter un nouvel éclairage sur ce que pourrait être une future politique culturelle européenne transversale sous la présidence von der Leyen.

La figure ci-dessous montre où se situe la compétence culturelle dans la nouvelle Commission européenne. 1

L’ancienne commissaire à l’économie et à la société numérique, Mariya Gabriel, se voit confier le portefeuille Innovation et jeunesse , qui comprend l’éducation, la recherche et l’innovation, ainsi que la culture, la jeunesse et le sport. Elle est donc responsable de la DG EAC qui englobe les volets Culture et Transsectoriels du programme Europe créative, ainsi que du Centre commun de recherche (CCR), qui produit des recherches notamment sur la dimension culturelle des villes et des régions européennes par le biais de son programme culturel et créatif. Cities Monitor 2 et pour les relations avec l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT). En ce qui concerne ces dernières, une première communauté de la connaissance et de l’innovation (KIC) dans le domaine des industries culturelles et créatives sera lancée en 2022 avec un soutien financier de 7 ans de l’IET. 3

La mission de Gabriel comprend notamment:

  • La mise en œuvre du nouvel agenda européen de la culture 2019-2022 ainsi que du cadre européen pour le patrimoine culturel;
  • La promotion des industries de la création en tant que catalyseur d’innovation, d’emplois et de croissance dans le cadre d’un programme ambitieux pour l’Europe créative doté d’un budget accru;
  • Renforcer la dimension culturelle des relations extérieures qui était relativement absente dans le mandat actuel.

Ce qui est nouveau?

En examinant à la fois l’architecture et le contenu du portefeuille Innovation et Jeunesse, on pourrait affirmer que les composantes de la politique culturelle relatives à l’innovation et à l’international seront renforcées dans le cadre du nouveau mandat.

Dans le même temps, les conseils du vice-président à la protection de notre mode de vie européen incarnent la capacité des activités culturelles à améliorer le bien-être mental et physique et à rapprocher des personnes de divers horizons . Laissons de côté le débat sur le nom du portefeuille de Margaritis Schinas, il est grand temps qu’une politique culturelle européenne prenne en compte les changements démographiques (notamment le vieillissement de la population et les migrations) ainsi que les questions sociales pour assurer une participation large et inclusive à la culture.

La DG Réseaux de communication, contenu et technologie (DG CNECT) reste inchangée, conservant le programme MEDIA pour l’Europe créative et la politique audiovisuelle sous la supervision de Sylvie Goulard. Le commissaire français s’est vu confier un portefeuille substantiel pour le marché intérieur, comprenant la DG CNCT, la DG GROW et une nouvelle DG pour les industries de la défense et de l’espace.

Il est intéressant de noter que ce portefeuille industriel solide inclut la politique audiovisuelle à un moment où la souveraineté économique et technologique devient le sujet brûlant en raison de l’influence croissante du GAFAM. L’industrie audiovisuelle européenne a besoin d’un leadership fort et d’un soutien pour rester compétitive, tandis que les géants numériques non européens tels que les fournisseurs de vidéo à la demande pèsent 18 fois plus que les médias de service public et 10 fois plus que les 10 plus grands diffuseurs commerciaux européens. Promouvoir la capacité d’innovation et préserver la diversité de nos industries culturelles et créatives dans un tel contexte nécessite une stratégie culturelle audacieuse.

Les conseils de la vice-présidente de Une Europe digne de l’ère numérique, Margrethe Vestager, contribueront à la prise en compte de la dimension culturelle dans la politique de la concurrence, en particulier vis-à-vis des sociétés numériques globales.

Clémentine Daubeuf . (article en anglais : https://keanet.eu/culture-nowhere-or-everywhere/ )



Catégories :Infos générales, Politique publique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :