Infos générales

Sony réalise-t-elle enfin son potentiel cross-média mondial ? « One Sony » a toujours été une bonne idée sur papier. Maintenant, ça pourrait être en train d’arriver

Afin de se différencier de ses principaux concurrents (Universal Music Group et Warner Music Group), la division Musique enregistrée de Sony a longtemps essayé de faire croire qu’elle était liée de manière unique aux autres puissantes divisions médias de Sony Corp, en particulier Sony Pictures (films et télévision) et Sony Game & Network Services (y compris PlayStation).

Mais dans l’ensemble, « One Sony » s’est avéré être une bonne idée sur le papier – et une perspective étincelante à faire miroiter devant des artistes qui pourraient signer pour des labels Sony comme Columbia, RCA ou Epic – mais qui n’ont jamais vraiment poussé les limites.

Les sociétés d’enregistrement et d’édition musicale de Sony font désormais partie d’un seul et même groupe. Pour l’instant, cependant, il y a des preuves que « One Sony » pourrait enfin montrer des signes de son énorme potentiel pour les artistes de Sony.

Cela s’explique en partie par une nouvelle structure d’entreprise. Pendant de nombreuses années, la société new-yorkaise Sony Music a été placée sous l’égide de Sony Entertainment, une division aujourd’hui dissoute qui regroupait les activités de musique enregistrée de Sony Corp et de ses sociétés de cinéma et de télévision. Les choses ont changé : suite au départ de Michael Lynton, le patron de Sony Entertainment, en 2017, en août de cette année, Sony Corp a changé sa hiérarchie en créant Sony Music Group.

Logant à la fois les disques et l’édition chez Sony dans le monde entier (ex-Japon), et dirigé par Rob Stringer, PDG et président (et ancien patron de Columbia Records), SMG relève directement du siège de Sony Corp à Tokyo – enfin, pour la première fois, les artistes et compositeurs de Sony sont placés au même niveau que Sony PlayStation et Sony Home Entertainment and Sound.

Déjà, les collaborations entre ces divisions semblent plus conséquentes. Pour commencer, il y a le format « 360 Reality Audio » de Sony, qui promet de révolutionner la qualité audio des services numériques grand public, et qui a déjà été adopté par des plateformes comme Amazon Music, TIDAL et Deezer. Le format audio « immersif » sera lancé à la fin de l’automne de cette année sur 1000 chansons – parmi lesquelles, comme annoncé la semaine dernière, vous trouverez des classiques de Bruce Springsteen, Mark Ronson, Billy Joel et Pharrell Williams… des artistes qui sont également signés chez Sony Music.

Suite de l’article (en anglais) de Tim Ingham dans Rolling Stone : https://www.rollingstone.com/music/music-features/is-sony-finally-realizing-its-global-cross-media-potential-901612/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s