France : Jazz et Télévision font-il bon ménage ? Les défaites du jazz sur France 5

Le 16 octobre dernier, la cérémonie des Victoires du Jazz a suscité de vives réactions, alors même que dans notre éditorial rédigé il y a deux semaines pour le numéro 722 de Jazz Magazine (en kiosque le 29 octobre), Frédéric Goaty se réjouissait à juste titre de la qualité du palmarès, constitué d’artistes que Jazz Magazine défend depuis de nombreuses années. Hélas, le montage final de la la soirée diffusé samedi dernier sur France 5 révèle de la mascarade. (texte de Franck Bergerot)

Au préalable, il s’est dit en gros ceci : « Ecoutez les gars, votre jazz c’est vraiment un peu chiant. On va vous faire un cadeau. Au lieu de diffuser vos Victoires à minuit, on va vous offrir un horaire de grande écoute… de 22h30 à 23h50. Mais de grâce, épargnez nos auditeurs, ne faites pas jouer les lauréats, surtout pas d’improvisateurs, et pas trop de musique instrumentale. On a tant de bons chanteurs ! » Et c’est donc à Michel Jonasz que l’on a demandé d’ouvrir la soirée avec ses musiciens. La Boîte de jazz… indiscutable. Puis on a quand même fait chanter Ballerina à Gregory Porter accompagné par l’orchestre de cérémonie, le Sacre du Tympan. Pour compenser pareille audace, Clara Luciani a prêté son sourire Gibbs à La Chanson de Delphine de Michel Legrand avec force violons.

Le temps était venu de proclamer un premier prix, en commençant évidemment par La Voix de l’année : David Linx. Un petit documentaire, puis place à l’artiste en chair et en os. Comme c’était un peu trop risqué, on l’a flanqué de Bernard Lavilliers pour chanter C’est ainsi que les hommes vivent, ce qui a évité que ça swingue tout du long. Ouf ! Et pour nous faire oublier les scats un peu obscènes du lauréat, on a vite enchainé sur un insipide Sitting on the Top of the Bay interprété par Christophe Willem. …..

Il ressort de tout ça que, du bas en haut de l’échelle culturelle, une haine profonde non seulement du jazz, mais de toute musique non asservie à la transparence du texte chanté et au format couplet-refrain de la variété. J’avais émis cette opinion lors des “Etats généraux du jazz” en 2011, un avis qui avait été accueilli avec beaucoup de condescendance par les animateurs d’un débat qui finit dans les poubelles du Ministère de la Culture. Pourtant, on en est bien là. Et je m’en vais de ce pas redescendre ma télé à la cave d’où elle n’aurait jamais dû sortir. Franck Bergerot

Suite de l’article de Jazzmagazine : https://www.jazzmagazine.com/jazzlive/les-defaites-du-jazz-sur-france-5/



Catégories :Infos générales, Médias

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :