LE DOCUMENTAIRE, NOUVEAU SUPPORT PROMOTIONNEL DES ARTISTES ?

Beyoncé, Nekfeu, Travis Scott et maintenant Kanye West : nombreux sont les artistes, ces derniers mois, à produire des documentaires censés raconter les coulisses de leurs albums ou de leur combat. Et si l’objectif, finalement, n’était autre que de booster les ventes ?

Il faut déjà mentionner l’importance de se démarquer au sein d’une époque où les artistes et les labels redoublent d’imagination pour communiquer. À l’heure actuelle, l’idée n’est plus de se contenter de proposer un « simple produit musical », mais bien une imagerie, un univers – largement alimenté par des clips -, des featurings, des rééditions agrémentées de quelques inédits, des singles publiés au compte-gouttes ou encore des collaborations avec certaines marques de vêtement sur des produits. L’objectif : ajouter un peu de storytelling à une proposition artistique, chose primordiale au sein d’une époque où des dizaines de nouveaux artistes émergent chaque semaine et où les médias s’intéressent parfois plus à l’histoire d’un musicien qu’à ce qu’il propose d’un point de vue créatif.

À ce petit jeu, le documentaire constitue donc un format séduisant. Plus ambitieux, plus intime, il permet à l’artiste de donner au spectateur l’impression d’entretenir une relation privilégiée, de découvrir une part de son quotidien et de son processus créatif. Sur le papier, c’est vrai. Or, impossible d’oublier que ces documentaires résultent d’une stratégie de communication, qu’ils sont montés et que, finalement, l’artiste décide de montrer uniquement ce qu’il souhaite, brouillant ainsi l’idée de « mise à nu ». « Tous les grands documentaires tendent à la fiction », disait d’ailleurs à ce sujet Jean-Luc Godard. Au moment d’évoquer ces documentaires, dans les médias, on parle d’ailleurs plus volontiers de « portraits emphatiques » ou d’« exercice d’admiration » que d’« enquêtes fouillées » permettant de tout savoir, les bons comme les mauvais côtés, au sujet d’un artiste. À propos des Étoiles vagabondes, Nekfeu, lui-même, affirmait : « Si j’étais 100% moi-même, je ne ferais même pas ce film. »

Suite de l’article de Maxime Delcourt sur ANTIDOTE : https://magazineantidote.com/musique/documentaire-support-promotionnel-artistes/



Catégories :Infos générales, Médias

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :