Infos générales

Science :« Pourquoi la musique est-elle si importante pour nous ? » Telle est la question que se pose le département de psychologie de l’université de Harvard, aux États-Unis. Avec son étude, The Music Lab, offre une autre vision de la musique que vous pensez connaître.

La musique est souvent considérée comme un universel humain, émergeant d’une adaptation évolutive spécifique à la musique et/ou d’un sous-produit des adaptations de l’affect, du langage, du contrôle moteur et de la perception auditive. Mais en réalité, l’universalité n’a jamais été systématiquement démontrée, et elle est remise en question par la grande diversité de la musique à travers les cultures. Les hypothèses sur la fonction évolutive de la musique sont également impossibles à vérifier en l’absence de données complètes et représentatives sur ses formes et ses contextes comportementaux à travers les sociétés.

Nous avons mené une histoire naturelle de la chanson : une analyse systématique des caractéristiques de la musique vocale que l’on trouve dans le monde entier. Elle consiste en un corpus de textes ethnographiques sur le comportement musical d’un échantillon représentatif de sociétés, pour la plupart à petite échelle, et en une discographie d’enregistrements audio de la musique elle-même. Nous avons ensuite appliqué les outils des sciences sociales computationnelles, qui minimisent l’influence des erreurs d’échantillonnage et autres biais, pour répondre à six questions. La musique apparaît-elle de façon universelle ? Quels types de comportement sont associés à la chanson, et comment varient-ils d’une société à l’autre ? Les caractéristiques musicales d’une chanson sont-elles indicatives de son contexte comportemental (p. ex., les soins aux enfants) ? Les motifs mélodiques et rythmiques des chansons varient-ils systématiquement, comme ceux que l’on retrouve dans le langage ? Et quelle est la prévalence de la tonalité dans les différents idiomes musicaux ?

L’analyse du corpus ethnographique montre que la musique apparaît dans toutes les sociétés observées ; que la variation des événements de la chanson est bien caractérisée par trois dimensions (formalité, éveil, religiosité) ; que le comportement musical varie davantage au sein des sociétés qu’entre elles sur ces dimensions ; et que la musique est régulièrement associée à des contextes comportementaux tels que les soins aux nourrissons, la guérison, la danse et l’amour. L’analyse du corpus discographique montre que les caractéristiques acoustiques identifiables des chansons (accent, tempo, tonalité, etc.) prédisent leur contexte comportemental principal (amour, guérison, etc.) ; que les formes musicales varient selon deux dimensions (complexité mélodique et rythmique) ; que les bigrammes mélodiques et rythmiques tombent dans des distributions de lois de puissance ; et que la tonalité est répandue, peut-être universelle.

CONCLUSION
La musique est en effet universelle : elle existe dans toutes les sociétés (avec et sans paroles), varie plus à l’intérieur qu’entre les sociétés, supporte régulièrement certains types de comportement, et possède des caractéristiques acoustiques qui sont systématiquement liées aux objectifs et aux réponses des chanteurs et des auditeurs. Mais la musique n’est pas une réponse biologique fixe avec une seule fonction adaptative prototypique : Elle est produite dans le monde entier dans divers contextes comportementaux qui varient en termes de formalité, d’excitation et de religiosité. La musique semble être liée à des facultés perceptuelles, cognitives et affectives spécifiques, y compris le langage (toutes les sociétés mettent des mots sur leurs chansons), le contrôle moteur (les gens dans toutes les sociétés dansent), l’analyse auditive (tous les systèmes musicaux ont des signatures de tonalité) et l’esthétique (leurs mélodies et leurs rythmes sont équilibrés entre la monotonie et le chaos). Ces analyses montrent comment l’application des outils des sciences sociales computationnelles à de riches corpus de données humanistes peut révéler à la fois des caractéristiques universelles et des schémas de variabilité de la culture, en répondant à des débats de longue date sur chacune d’entre elles.

Article en anglais sur Sciencemag : https://science.sciencemag.org/content/366/6468/eaax0868

Catégories :Infos générales, Réflexion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s