Infos générales

Vu de Grande-Bretagne : le Brexit est désormais une réalité et l’industrie de la musique est toujours confrontée à l’incertitude.

Alors que l’accord de transition qui a suivi le retrait du Royaume-Uni de l’UE le 31 janvier dernier préserve largement le statu quo, les musiciens en tournée et leurs équipes attendent une décision sur leur statut après 2020. Selon le calendrier du gouvernement, un accord commercial avec l’Union européenne doit être mis en place d’ici le 31 décembre.

Dans le dernier numéro de Music Week, nous expliquons comment les artistes et les musiciens évitent les engagements de tournée en Europe à partir de 2021, en raison de la menace des coûts des visas et de la bureaucratie, ainsi que de l’imposition de carnets pour le matériel traversant la Manche.

Mais il existe une solution : un passeport européen pour les musiciens, d’une durée minimale de deux ans, qui couvrirait toutes les informations statistiques des États membres de l’UE et remplacerait les carnets et autres permis.

L’Union des musiciens a mené la campagne en faveur du passeport des musiciens, qui bénéficie d’un large soutien. Le secrétaire général Horace Trubridge a expliqué à Music Week comment l’imposition éventuelle de visas au-delà de 2020 pour les tournées en Europe affecterait ses membres.

« C’est un problème de grande ampleur », a-t-il déclaré. « Nous avons discuté avec le DCMS et le ministère de l’intérieur d’un visa d’interprète renouvelable, qui vous permettrait de voyager librement en Europe pour travailler. Et bien sûr, prenez aussi votre matériel car il y a deux problèmes ici – ce n’est pas seulement les services, c’est aussi les biens.

« Le DCMS a toujours été très sympathique. Mais le ministère de l’intérieur ne leur donne pas beaucoup d’informations sur la manière dont cela pourrait fonctionner. Cette année va donc être cruciale pendant la période de transition, surtout si Boris obtient ce qu’il veut et que nous sommes obligés de quitter [les accords commerciaux actuels] à la fin de l’année, que nous ayons un accord ou non. Nous devons mettre quelque chose en place ».

M. Trubridge a confirmé que leurs membres ne s’engageront pas à partir en tournée en Europe l’année prochaine tant que la situation ne sera pas clarifiée. Cette décision fait suite aux commentaires de John Giddings, directeur général de l’agence Solo, qui a révélé que certains de ses artistes choisissaient de ne pas confirmer les tournées en Europe au départ du Royaume-Uni.

« Beaucoup de nos membres nous ont dit qu’ils avaient suspendu tout leur travail européen au-delà de cette année, parce qu’il y a tellement d’incertitudes« , a déclaré M. Trubridge. « J’étais dans des groupes en tournée dans les années 70 et je me souviens du cauchemar des carnets. Les équipes de tournée se bousculaient sous la scène pour ramasser des morceaux de baguettes, afin de les recoller, de sorte que lorsqu’ils passaient la frontière, ils pouvaient montrer que nous n’avions pas vendu de baguettes dans un pays donné. C’est hideux. Il s’agit donc de déplacer facilement les gens en Europe, mais aussi de déplacer des équipements et des marchandises, et nous n’avons absolument aucune certitude à ce sujet pour le moment« .

Suite de l’article en anglais de Andre PAINE dans Music Week : https://www.musicweek.com/live/read/what-will-brexit-mean-for-the-music-industry/078760

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s