Infos générales

France : 590 millions d’euros de pertes de chiffre d’affaires estimées pour le secteur du spectacle vivant privé, et 37 900 personnes concernées par un arrêt de leur activité.

Les entreprises du spectacle vivant privé, comme des milliers d’entreprises en France dans tous les secteurs de l’économie, sont confrontées aujourd’hui à des conséquences d’une ampleur inédite. De l’interdiction progressive des événements en fonction de leur taille jusqu’aux mesures de confinement de la population, les décisions prises par le pouvoir exécutif, légitimes d’un point de vue sanitaire, ont réduit à néant leur activité économique. 

En collaboration avec le cabinet EY, le PRODISS a estimé à 590 M€ la perte totale de chiffre d’affaires (recettes de billetterie, contrats de cession de spectacles, locations de salles, recettes annexes de bar, restauration, sponsoring…) causée par l’interruption forcée des activités de l’ensemble du secteur du spectacle vivant privé, du 1er mars jusqu’au 31 mai 2020. 

Elle se décline ainsi : 

  • Les 360 entreprises membres du PRODISS auront à déplorer sur cette période une perte de chiffre d’affaires totale de près de 477 M€. 
  • A cela s’ajoute la perte de chiffre d’affaires des théâtres et producteurs privés, évaluée à 63 M€ par le Syndicat National du Théâtre Privé (SNDPT), et celle des cabarets estimée par le Syndicat National des Cabarets et Music-halls (CAMULC) à 50 M€. 

Le report est une solution envisageable pour une partie des spectacles concernés pour diminuer cette perte sur l’année. Cependant, il est impossible pour certains types de spectacles, internationaux ou exploités sur une longue durée notamment, et pour les petites salles à l’économie fragile. Par ailleurs, la possibilité de report va être drastiquement restreinte, compte tenu du nombre de spectacles annulés qui devront s’ajouter au calendrier de programmation et faire face à la fois à une saturation des lieux et à celle de la disponibilité du public. 

Pour les entreprises du PRODISS, avec l’annulation des représentations de mars à mai, ce sont environ 20 400 artistes et techniciens engagés en CDD d’usage qui se retrouvent menacés. A ceux-ci, s’ajoutent 8 506 personnes employées de façon permanente au sein des entreprises de production, diffusion et d’organisation des spectacles et des festivals, dont l’activité va être arrêtée sur la période. Du côté des cabarets et des théâtres privés, ce sont respectivement 3 500 et 5 500 personnes dont l’activité est menacée. 

Au total, 37 900 personnes travaillant pour le spectacle vivant privé sont concernées par un arrêt de leur activité. 

Suite du communiqué du PRODISS repris par Ma Gestion Billetterie : https://bit.ly/3adAqk4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s