Infos générales

France : Pourquoi le Hellfest 2020 se prépare à « un report d’un an » (Source Ouest-France)

Avant d’annuler officiellement l’édition prévue du 19 au 21 juin, l’organisation attend la décision du gouvernement, très probable, de prolonger les mesures de confinement. Une étape indispensable pour faire jouer son assurance. Les pertes sont déjà estimées à 2 millions d’euros. Explications de Ben Barbaud, le directeur du festival.

Ben Barbaud, le Hellfest 2020 va-t-il être annulé ?

C’est très probable, mais on ne peut pas le dire officiellement. Qui peut imaginer qu’on autorise en juin et juillet des festivals réunissant 60 000 personnes, dont 20 % d’étrangers dans notre cas, tous collés les uns aux autres, alors qu’on sait qu’il y aura sans doute quelques cas de Covid-19 à droite à gauche ? Les festivaliers ne comprennent pas pourquoi on n’annonce pas l’annulation. Mais on ne peut rien faire.

On attend que le gouvernement décide, comme c’est probable, de prolonger le confinement et l’interdiction de rassemblement, au-delà du 15 avril. Ça nous permettra de faire marcher la clause de force majeure prévue dans nos contrats avec les artistes. Dès lors, on ne pourra plus, matériellement, monter le festival en temps et en heure pour les dates prévues (19 au 21 juin). Ça permettra de justifier l’annulation. Mais si demain, je prends seul la décision, on pourra me reprocher d’avoir annulé de façon unilatérale, et donc il faudra payer. Donc il faut que l’État se positionne pour arrêter cette hémorragie. Malgré nos innombrables relances au ministère de la culture, on n’a même pas reçu un put… d’appel ni un put… de mail. Même pas un coup de téléphone ! Rien. C’est une honte. Plus les jours passent, plus on perd de l’argent…

Justement, où en êtes-vous financièrement ?

On est déjà à plus de 2 millions d’euros de pertes sèches. On a un an de salaires payés pour un festival qui n’aura sans doute pas lieu. Tous les investissements sur le site, qui ont fait l’objet d’emprunts bancaires cette année, s’ajoutent aussi aux pertes. La crise du coronavirus pour les organisateurs de festival, c’est l’équivalent d’un an de boulot, pas quelques mois. Mais il est hors de question que je me sépare d’un seul salarié. Donc on assumera.

Vous engagez un autre bras de fer en ce moment… avec votre assurance. Expliquez-nous.

Oui, on a signé fin 2019 une extension qui nous couvre contre les pandémies, bien avant l’apparition du virus en Chine. Ça nous a coûté 200 000 €. Mais il y a déjà un désaccord sur les termes du contrat. Selon eux, un astérisque exclut les pneumonies atypiques de type Sras (Comme le virus responsable du Covid-19, NDLR). On conteste cette lecture. S’ils ne veulent pas rembourser, on engagera une procédure. Et le temps qu’elle aboutisse, on fera appel à nos partenaires bancaires, qui eux, ont pris des nouvelles et nous ont rassurés.

Autres éléments en lisant l’article de OUEST-FRANCE : https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s