COVID-19

LES CONTRATS D’ARTISTES RENÉGOCIÉS COMME SUITE DE LA RÉALITÉ COVID-19

Confrontés à un avenir immédiat difficile, les promoteurs cherchent à conclure de nouveaux accords à des conditions plus favorables avant la reprise des tournées de concerts.

Certains agents reçoivent de nouvelles offres avec des prix de billets moins élevés . Alors que les réflexions collectives de l’industrie du concert se tournent vers la récupération post-coronavirus, les contrats des artistes – en particulier ceux qui prévoient d’énormes garanties pour les interprètes – se retrouvent de plus en plus sous la loupe, les promoteurs à court d’argent poussant pour obtenir des conditions plus favorables lorsque la musique live revient.

En raison de l’arrêt des tournées mondiales, de nombreux organisateurs de concerts cherchent à renégocier les contrats pour les spectacles reprogrammés et futurs, demandant une réduction du cachet de l’artiste, un paiement initial moins élevé ou une répartition plus équitable des revenus, selon des sources du secteur.

« Avec la baisse des recettes et du pouvoir d’achat, et l’augmentation des coûts, il est presque impossible de poursuivre les accords précédents », explique un promoteur de concerts européen indépendant, qui a repoussé tous ses spectacles en été, ainsi que de nombreux autres en automne. « Payer trop cher pour les spectacles ne fera qu’entraîner de nouvelles pertes, surtout après que nous n’ayons généré pratiquement aucun revenu cette année ».

Le modèle traditionnel de garantie plus pourcentage est favorable à l’artiste, généralement entre 80 et 95 % du revenu net (ou même plus pour les artistes superstar en tournée considérés comme une vente facile), avec une garantie ou un cachet minimum. Mais ces fractions traditionnelles sont en train de changer à la lumière de Covid-19. Et selon des sources d’agences en Europe et en Amérique du Nord, les deux grands promoteurs mondiaux, Live Nation et AEG Presents, ne sont pas les seuls à faire pression pour renégocier les accords relatifs aux spectacles reportés.

« Ils [les promoteurs] font des essais, demandent un certain pourcentage de réduction sur les spectacles pour les festivals, diminuent les garanties, etc. « Nous voyons surtout des offres avec une baisse du prix des billets, et une baisse encore plus importante des garanties. Mais je pense qu’il y a encore une marge de manœuvre pour argumenter ».

Un autre décrit une offre récente typique pour deux spectacles dans des salles de taille moyenne dans le nord de l’Angleterre. « Je pense que l’une des offres que j’ai reçues pour ces salles était une garantie de 10 000 livres, ce qui est incroyablement bas », disent-ils. « Pour ces deux spectacles, vous devriez normalement générer une garantie de 30 à 40 000 £, voire plus selon le prix du billet ».

Compte tenu de l’impasse actuelle à laquelle le secteur est confronté, ainsi que de l’incertitude considérable qui plane sur les mois à venir, il n’est pas surprenant que les accords existants soient soumis à discussion. Mais ce qui complique les négociations du côté des promoteurs, explique un organisateur de concerts américain, c’est qu’on ne sait pas très bien quelle forme prendront les premiers concerts post-coronavirus – et combien de personnes seront autorisées à y assister.

Sur la majorité des marchés, « je ne pense pas que les salles de concert pourront fonctionner à pleine capacité avec une distanciation sociale », suggèrent-ils, « ce qui aura évidemment une incidence sur les recettes brutes éventuelles ».

« Il est même difficile de parler d’un contrat d’artiste tant que nous ne pouvons pas voir à quoi ressemble cette [distanciation sociale] marché par marché et lieu par lieu », disent-ils.

« Nous avons besoin de plus de temps pour comprendre où nous serons tous une fois que tout cela sera terminé », convient un de leurs collègues européens, qui – indépendamment des futures règles concernant la distanciation sociale (les pays qui ont fixé une date pour le retour des spectacles en direct insistent généralement sur une distance d’au moins 1m, dans le cas de la Norvège, entre chaque participant) – parlent déjà à des agents de renégocier les termes de plusieurs contrats d’artistes pré-coronavirus.

« Pour tous nos spectacles reprogrammés, nous discutons des changements de garanties, du pourcentage des contrats et d’autres détails », expliquent-ils, ajoutant que les négociations sont souvent « très difficiles ».

« Bien sûr, chaque cas a ses propres spécificités et difficultés », ajoutent-ils. « Nous essayons donc de trouver ensemble un compromis acceptable ».

Source et suite en anglais dans IQ MAGAZINE : https://www.iq-mag.net/2020/05/offers-revised-down-post-covid-19-negotations-begin/#.XrMTKhMzau4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s