Afrique

Sénégal – point de vue : COVID 19, statut des artistes, politique culturelle

Sakoutiepvid (« Sac de riz vide ») est le morceau-clip artisanal que le groupe Ëpoukay vient de sortir à Dakar pour ce 1er mai particulier. L’occasion pour ces musiciens nés avant l’indépendance du Sénégal et témoins vivants des évolutions des politiques culturelles de parler de leurs conditions de travail.

Travailleurs informels de la musique, chômage technique et occupations des journées…

Depuis plus d’un mois et demi, et l’annonce du gouvernement sénégalais du couvre-feu, leur rythme de vie est digne d’un jour férié…à part des vidéos glanées sur whatsapp, peu de nouvelles à se partager. Toutes leurs rentrées d’argent sont au point mort. Du jour au lendemain, plus aucun appel des patrons de restaurants où ils jouaient plusieurs soirs par semaine. Quelques rares appels de parents d’élèves à qui ils donnaient des cours particuliers de musique. Aucun cours reprogrammé, même à distance. Certains leur proposent un petit billet pour les dépanner. « Mais le truc c’est quoi, depuis le Corona, stop, les restaurants n’ouvrent plus, et puis tout le monde est en quarantaine. Pour la santé du monde je crois que c’est normal mais qui s’occupe de nous maintenant? »

Les fins de mois étaient déjà difficiles avant le coronavirus, encore plus lors des périodes de creux, quand les populations aisées sont en vacances hors de Dakar. Ils font partie de ce que l’on appelle « les travailleurs informels », habitués à des rentrées d’argent aléatoires, qui vendent leurs forces de travail, leurs mélodies, leurs connaissances à qui veut bien payer pour cela, sans protections ni garanties, en étant leur propre « banquier et comptable». « Je vous parle mais j’ai même pas la tête avec moi. Parce que si tu as toute une famille que tu nourris et que ça fait presque deux mois qu’il n’y a plus d’activités… nous quand il n’y a pas d’actions, on ne gagne pas. On ne fait même pas de contrat, juste verbal, et les gens font de nous ce qu’ils en veulent. Je crois qu’avec le corona, c’est en train de nous conscientiser, ça veut dire que l’on n’a rien fait pour les musiciens, depuis l’indépendance, on parle des statuts des artistes ».

Le loyer n’a pu être payé début avril et il est en de même pour celui du mois de mai. L’avenir reste bien incertain.

« Je ne peux pas comprendre qu’après 60 ans d’indépendance, c’est comme si on était en 1929, on nous parle d’aide alimentaire. On va nous donner du riz. On n’a pas besoin de riz. On a besoin de structures pour vraiment nous ouvrir des perspectives, et là on aura besoin de personne, car on va gagner normalement notre argent, on va s’organiser et ça pourra créer des ouvertures pour d’autres…Là on est dans le qui-vive. Je ne mâche pas mes mots. On doit tirer des leçons du passé. Il faut remettre la pendule à l’heure »

Ces derniers soirs à la rupture du jeûn et couvre-feu en famille, ils ont été encore plus surpris et déçus des répartitions des fonds d’aide de la « Force Covid-19 ». En effet, dans un reportage à la télévision, le ministre de la culture, avec son masque, est en visite chez un chanteur célèbre qui lui demande de l’aide pour payer sa facture d’électricité.

Comme il y a un mois lorsque des rappeurs avaient été reçus au palais présidentiel, les commentaires sur les réseaux sociaux sont durs envers ces artistes « reconnus » qui ont pu capter une partie des aides. « Le ministre, il n’a pas parlé aux musiciens, il ne peut pas savoir ce que les musiciens sont devenus, ils vivent comment…parce qu’un gars qui vit au jour le jour, pour un mois s’il tient, c’est qu’il y a des gens qui l’ont aidé, qu’on se soutient quoi! Mais si ce n’était pas ça, on allait crever! »

Article sur un blog de Mediapart (avec plus de détails) : https://blogs.mediapart.fr/jaxal-mouss/blog/070520/dakar-avec-epoukay-et-leur-sac-de-riz-vide

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s