COVID-19

UNE NOUVELLE RÉALITÉ : LES ARENAS PARLENT DES DEFIS DE LA RÉOUVERTURE

Des protocoles d’hygiène stricts, la technologie sans contact et la réduction des files d’attente sont susceptibles de constituer l’avenir des arénas européennes, car les exploitants des lieux évitent la distanciation sociale mais se préparent néanmoins à s’ouvrir à une réalité différente.

Les propriétaires et les organisateurs d’événements de tout le continent sont aux prises avec de nouvelles restrictions alors que de nombreux marchés importants d’Europe commencent à rouvrir, s’efforçant de trouver un équilibre entre la fourniture d’un environnement sûr, le maintien de la viabilité financière et la survie de leur entreprise.

En raison des limites strictes de capacité et des réglementations relatives à la distanciation sociale, de nombreux sites ont gardé leurs portes fermées, même s’ils sont techniquement autorisés à rouvrir.

Avec un plafond actuel de 30 personnes pour les événements en salle aux Pays-Bas, il n’y a vraiment « aucun modèle » pour les spectacles, explique Jurgen Hoekstra, directeur des divertissements et des sports à Rotterdam Ahoy à IQ.

Hoekstra calcule que l’équipe de Rotterdam Ahoy pourrait faire un « lieu attractif » fonctionnant à 30% de sa capacité, en maintenant 1,5 mètre entre les invités, avec un plan de table au sol. Mais, en réalité, « dans notre domaine d’activité, l’objectif est de permettre aux gens de vivre des expériences avec beaucoup d’autres personnes – plus il y a de monde, plus c’est spécial ».

« Nous mourons d’envie de revenir à la normale ».

John Langford, directeur général de l’AEG Europe et président de l’Association des arénas européennes (EAA), convient que les spectacles socialement distants sont « financièrement et pratiquement difficiles – et dans de nombreux cas impossibles – tant pour les lieux de spectacle que pour les promoteurs », bien que la phase initiale de reprise n’offre guère d’autre possibilité que d’accueillir des événements de moindre capacité.

Au Royaume-Uni, Lucy Noble, directrice artistique et commerciale du Royal Albert Hall et présidente de la National Arenas Association (NAA), affirme qu’aucun des lieux avec lesquels elle travaille « ne peut rouvrir de manière viable tant que des mesures de distanciation sociale restent en place ».

Une distanciation de deux mètres ne nécessiterait que l’utilisation de 15 % de la capacité totale du Hall, soit 8 000 personnes, et une capacité d’environ 85 % serait nécessaire pour rendre les événements financièrement viables.

Quelle est donc la réponse pour les salles ? Et comment peuvent-ils rouvrir tout en assurant la sécurité du personnel, des artistes et du public, et en générant suffisamment d’argent pour continuer à fonctionner ?

AEG Germany COO et le vice-président Uwe Frommhold ont mis l’accent sur le voyage sans contact des clients, l’utilisation d’équipements de protection, le filtrage de l’air et l’amélioration des protocoles d’hygiène, entre autres options.

L’attribution de créneaux horaires sera également importante pour « éviter les mélanges inutiles », explique M. Frommhold, tandis que les « outils permettant de traquer les chaînes d’infection » sont essentiels au cas où l’infection se propagerait lors d’un événement.

« Ce sera une combinaison de nombreuses mesures qui nous permettra de reprendre nos activités. Il n’y aura pas de solution unique – même un vaccin n’y parviendra pas tout seul ».

L’équipe d’AEG Europe a également travaillé en étroite collaboration avec ASM Global au développement du programme VenueShield, une boîte à outils comprenant des solutions de meilleures pratiques pouvant être utilisées en réponse à des conseils de santé publique.

Pour Noble, le concert du futur sera caractérisé par une évolution permanente vers les paiements sans contact et la numérisation des billets, ainsi que par la réservation préalable de nourriture et de boissons.

La NAA a élaboré une proposition à l’intention du gouvernement britannique qui permettrait la réouverture des salles à pleine capacité, y compris des procédures telles que le renforcement des contrôles d’entrée et de sortie, l’intensification de la désinfection, l’utilisation d’équipements de protection et les processus de service sans contact.

Noble donne l’exemple d’une production du Phantom of the Opera, qui a été présentée à Séoul, en Corée du Sud, tout au long de la crise de Covid-19. Le théâtre a utilisé des brumes désinfectantes, des contrôles de température et des questionnaires pour s’assurer que les normes de sécurité étaient respectées.

« Si nous devons trouver une solution, ce sera une combinaison de nombreuses mesures, allant de l’augmentation des points d’accès aux désinfectants pour les mains, aux écrans en Perspex et aux EPI pour le personnel », déclare M. Noble.

Suite de l’article en anglais de IQ Magazine : https://www.iq-mag.net/2020/06/reopening-to-a-new-reality-the-arenas-of-the-future/#.XuEXDWozau5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s