COVID-19

Québec : Festival International de Jazz de Montréal numérique cet été

Montréal ne sera pas gavée de jazz cette année au début de l’été en raison de l’annulation du Festival international de jazz de Montréal, mais il sera tout de même possible de s’en mettre quelques notes à l’oreille.

Spectra présentera en effet un événement numérique, tenu du 27 au 30 juin, mettant en valeur des artistes d’ici, dont la pianiste Marianne Trudel, le guitariste Jordan Officer, la chanteuse Djely Tapa, le trompettiste Jacques Kuba Séguin, le chanteur Pierre Kwenders, ainsi que deux pianistes emblématiques du jazz montréalais : Oscar Peterson et Oliver Jones.

 « On a cette réflexion depuis un mois, un mois et demi, pour qu’il y ait malgré tout un événement. On trouve que le Festival de jazz est trop important pour ne pas avoir une présence numérique. Ce n’est pas la 41e édition du festival, qui aura lieu en 2021, si tout va bien », précise toutefois Laurent Saulnier, vice-président principal, programmation, événements culturels et festivals de l’Équipe Spectra.

La programmation sera constituée d’un mélange de concerts diffusés en direct, de prestations déjà tournées et de concerts d’archives, sélectionnés parmi les nombreuses captations réalisées depuis des décennies. Celui mettant en vedette Oscar Peterson et Oliver Jones (le 27 juin) fait partie des joyaux choisis, de même que d’autres, consacrés à Jaco Pastorius (le 28), Miles Davis (le 29) et Sarah Vaughan (le 30).

Laurent Saulnier explique que l’offre musicale de cet événement numérique a été conçue dans le même esprit que l’habituelle programmation extérieure du Festival de jazz : elle est gratuite et présente des univers musicaux variés. Il souligne par ailleurs que le 27 juin, qui est la Journée canadienne du multiculturalisme, tous les artistes présentés sont des Montréalais venus de différents coins du monde — à l’exception d’Oliver Jones et d’Oscar Peterson, bien sûr, qui ont grandi dans la Petite-Bourgogne.

L’accent mis sur les musiciens locaux s’imposait, bien sûr, en raison des conditions actuelles. « Pour nous, ce qui était important, dit néanmoins Laurent Saulnier, c’était de remettre l’argent dans les poches des musiciens d’ici. Ce sont des gens qui ne travaillent pas depuis plusieurs mois et on ne sait pas quand ils vont recommencer à travailler. »

Article du Journal La Presse : https://www.lapresse.ca/arts/musique/2020-06-17/le-jazz-sera-numerique-cet-ete

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s