Infos générales

Québec – Musique classique : «Streaming», l’invitation à la découverte

« L’un des effets intéressants de la COVID-19 aura été la promotion gigantesque du streaming du spectacle vivant », déclarait le 23 mai Hervé Boissière, le directeur général de Mezzoet de Medici.tv au Devoir. De nombreuses vidéos ont drainé un public de mélomanes vers diverses plateformes, notamment YouTube. En matière de documents audio, la fermeture des magasins a suscité un effet de curiosité pour les plateformes de diffusion audio en continu. Quels bénéfices culturels le mélomane avisé peut-il en tirer ?

Nous nous sommes déjà penchés à deux reprises sur le streaming et la musique classique. Une première fois en août 2014, dès l’arrivée de Spotify au Canada. Une seconde fois en août 2019, afin d’examiner le phénomène sous l’angle technique, tant il est vrai que les acquis du dernier quart de siècle en matière de reproduction musicale se sont faits sous l’angle pratique, plutôt que sous celui d’un accroissement de la qualité sonore. Contrairement aux idées reçues, le streaming n’est cependant pas incompatible avec une fidélité dans la reproduction de la musique.

Écouter sérieusement de la musique classique en qualité haute-fidélité est possible. De plus en plus d’amplificateurs possèdent des liens intégrés avec des services d’écoute en continu. On peut aussi rattacher un ordinateur à sa chaîne hautefidélité. Cela peut être un portable dédié, un Mac Mini ou un PC reliés à un écran. Il faut faire sortir le son de l’ordinateur par une prise USB et faire entrer le signal numérique dans un convertisseur numérique analogique, ou DAC (Digital audio converter). Usuellement, ce DAC est associé à l’amplificateur. Mais les solutions de qualité se simplifient et se miniaturisent de plus en plus, par exemple avec le DAC USB Dragonfly d’Audioquest.

Les principaux fournisseurs sont Spotify, le meneur sur ce marché, son dauphin Apple Music et le nouveau venu QUB musique de Vidéotron. Aucun ne propose la qualité audio « lossless ».

Pour la qualité audio sans perte, dans le cadre d’un abonnement « premium » ou « hi-fi », en l’absence persistante au Canada de Qobuz, la référence mondiale, Idagio, site consacré au classique, offre la musique en qualité FLAC à 9,99 $ par mois avec un confort de recherche inégalé, et Tidal HiFi (19,99 $ par mois) propose une qualité nettement supérieure à celle offerte par Spotify et consorts, y compris un choix de titres de qualité « master ».

Le grand avantage de la diffusion en continu en temps de pandémie est de pouvoir suivre la production discographique. Cet avantage s’accentue désormais, car alors qu’au courant de la pandémie, les sites Internet continuaient à vendre les disques reçus en stock avant l’arrêt des activités, on observe de plus un plus un découplage entre la disponibilité numérique (streaming et téléchargement) et la date de sortie physique puisque les CD n’ont pas pu être pressés ces trois derniers mois.

Le streaming, qui permet aisément de se faire une idée comparative de diverses interprétations d’une même œuvre, permet aussi d’avoir accès à des disques de pays très lointains, notamment l’Australie et le Japon.

Article complet de Christophe HUSS dans LE DEVOIR : https://bit.ly/3hMUb6g

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s