Droits d'auteur et droits voisins

Les marchés mondiaux de la musique en point de mire : La Belgique

Article (en anglais) de The Matching Engine : https://bit.ly/3dpK2cm

Malgré une croissance plus lente que celle de pays de taille similaire, la diffusion de musique en continu continue actuellement à se développer rapidement en Belgique. Il a presque doublé en trois ans seulement. Dans cet article, nous examinons le streaming sur ce marché et l’industrie musicale belge.

Les revenus de la musique sont élevés en Belgique – avec des ventes de musique élevées et des festivals mondialement reconnus. Dans le dernier rapport de la CISAC sur les perceptions, les perceptions musicales s’élèvent à 108 milliards d’euros pour 2018, ce qui en fait la 16e plus grande perception au monde (CISAC, 2019). La SABAM, l’organisation chargée des perceptions, est membre de la CISAC.

En 2019, BEA, une agence belge dans le domaine du divertissement, a déclaré un revenu global de 78,32 millions d’euros pour les ventes de musique, soit une croissance de 8 % par rapport à l’année précédente (BEA, 2020).

Malgré une croissance plus lente et un marché de la musique en format physique fort, la diffusion de musique en continu prend désormais une place importante dans l’industrie musicale belge, qui est en plein essor. L’adoption du streaming n’a pas été aussi rapide que dans les autres pays européens voisins. Dans un rapport national de Music Ally pour 2016, Michel Van Buyten, le codirecteur de Sony Music Benelux, a indiqué que cela pourrait être dû à un manque de « concentration sur le territoire belge par les services de streaming eux-mêmes », comme un marketing limité ou une absence de présence régionale (MusicAlly, 2016). Cependant, le streaming a connu une croissance exponentielle au cours des trois dernières années. Selon les chiffres les plus récents de la BEA, le streaming représentait 60 % des revenus totaux de la musique en 2019, contre 49 % en 2018 et 35 % en 2017. La BEA attribue cette croissance du streaming à sa large gamme de musique, à sa facilité d’utilisation, à son accessibilité et à l’attention accrue que les sociétés de streaming et de musique ont accordée à ce précieux marché (BEA, 2020). Les Belges passent manifestement du physique au streaming en continu, qui reste populaire sur le marché. En 2017 encore, les ventes de CD, de vinyle et de DVD représentaient 52 % des ventes de musique. Aujourd’hui, elles en représentent un peu moins d’un tiers.

Une autre raison de la croissance du streaming numérique pourrait être la popularité des téléphones portables. La dernière enquête de Deloitte Belgique sur les consommateurs de téléphonie mobile pour 2019 indique un taux de pénétration de 88 %. Pour ce qui est de l’utilisation des téléphones portables, les répondants ont indiqué que 11 % d’entre eux diffusaient de la musique en continu sur leur portable au moins une fois par jour. Cependant, il y a un grand domaine de croissance car 55% déclarent ne jamais diffuser ou jouer de la musique en streaming via leur appareil mobile (Deloitte Belgique, 2019).

En ce qui concerne le choix des Belges en matière d’abonnement de streaming, le rapport Deloitte Belgique 2019 indique que 27 % des personnes interrogées, âgées de 18 à 75 ans, ont un abonnement de streaming musical. Sur ce nombre, 23 % ont accédé à leur musique sur leur smartphone. Ils ont procédé à une ventilation supplémentaire par plateforme. Parmi les personnes ayant un abonnement musical, Spotify était le leader avec 19%. Il s’agit du premier fournisseur par une large marge avec Apple Music à 4 %, Amazon Prime/Music à 3 % et Google Music à 3 % (Deloitte Belgique, 2019).

Comme le partage BEA, un meilleur accès à plus de musique pourrait être un facteur contribuant à la croissance de la diffusion en continu. Sur ce marché, la musique internationale et locale est populaire. Les organisations promeuvent et soutiennent les artistes locaux. Si des artistes internationaux comme Lewis Capaldi, Arashi et Taylor Swift connaissent un succès commercial, il en va de même pour des artistes locaux comme Angèle. Elle s’est classée très haut dans les hit-parades et a reçu le prix Ultratop de l’artiste belge le plus diffusé. Le directeur général d’Ultratop, l’organisation qui compile les charts dans la distribution musicale, Sam Jaspers, a déclaré qu' »Angèle était constamment présente dans les charts Ultratop en 2019. En Flandre, elle a obtenu 4 des 20 meilleurs résultats et son album « Brol » est resté dans le top 20 pendant presque toute une année » (BEA, 2020). Les restrictions actuelles ayant entraîné l’annulation de nombreux événements musicaux, une campagne est menée pour soutenir la musique des artistes locaux par le biais de la radio, des ventes physiques et du streaming. La campagne #Playlocal comporte une série de playlists « Made in Belgium » et de campagnes sur les médias sociaux (BEA, 2020).

Sur la scène internationale, les festivals belges sont très populaires. L’un des festivals les plus populaires au monde, Tomorrowland, se déroule à Boom, en Belgique. Ce festival, qui attire chaque année plus de 350 000 participants de plus de 200 pays, est l’un des premiers festivals de danse électronique au monde. Cette année, le festival belge a été mis en ligne et des billets seront vendus pour la version en ligne de Tomorrowland Around The World. Il s’agira d’une expérience musicale numérique unique qui permettra de partager la façon dont la musique en direct et le streaming se rejoignent en ce moment.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s