COVID-19

QUEBEC : Le Cirque du Soleil se place à l’abri de ses créanciers (et licencie 3.480 employés)

Privé de revenus depuis la mi-mars en raison de la pandémie de COVID-19, le Cirque du Soleil se place à l’abri de ses créanciers pour restructurer sa dette et relancer ses activités par l’entremise d’une convention d’achat conclue avec ses actionnaires actuels.

Annoncée lundi, la nouvelle se traduit par le licenciement de 3480 employés qui avaient été mis à pied à la mi-mars, lorsque l’entreprise de divertissement avait annulé ses 44 spectacles dans la foulée de la crise sanitaire.

« On sait, à cause de la proposition qui est sur la table, que le Cirque est sauvé, a expliqué son président et chef de la direction, Daniel Lamarre, au cours d’une entrevue téléphonique. Je suis assuré qu’au bout du processus, qui devrait culminer à la mi-septembre, j’aurai un propriétaire. »

Celui-ci a néanmoins déploré la fin du lien d’emploi de milliers d’employés avec l’entreprise dont la dette est de 900 millions de dollars US.

Appuyés par le prêt de 200 millions de dollars US offert par Investissement Québec, le fonds texan TPG Capital (60 %) et la Caisse de dépôt et placement du Québec (20 %) injecteront 100 millions de dollars US supplémentaires en plus de mettre sur pied deux fonds totalisant 20 millions de dollars US pour épauler les travailleurs du Cirque et payer les pigistes qui attendent toujours.

Il y a toujours de « cinq à six groupes » intéressés à acquérir l’entreprise établie à Montréal, a précisé M. Lamarre, mais ceux-ci devront respecter au minimum les conditions de l’offre actuellement sur la table, qui prévoit notamment le maintien du siège social dans la métropole.

« Tout le monde attendait que l’on se place à l’abri de nos créanciers », a expliqué le dirigeant du Cirque, qui estime toutefois que la compagnie n’a pas trop tardé avant de faire appel à la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

En échange d’une restructuration de la dette, les créanciers recevront une dette non garantie de 50 millions de dollars US en plus de détenir 45 % du Cirque, ce qui fera fléchir les participations des actionnaires actuels. TPG détiendrait ainsi 33 %, tandis que Fosun et la Caisse auraient chacun 11 %.

Le Cirque a expliqué que l’offre de ses actionnaires était la « seule entièrement documentée et ferme reçue ».

Avec 300 millions de dollars US, l’entreprise sera en mesure de traverser la tempête actuelle jusqu’à ce qu’elle puisse recommencer à générer des revenus, probablement dès que ses spectacles permanents à Las Vegas et Orlando pourront reprendre.

« Ce que les gens ne réalisent pas, c’est qu’on parle de déconfinement et d’entreprises qui peuvent reprendre leurs activités, alors que ce n’est pas notre cas, a dit M. Lamarre. Tant et aussi longtemps qu’on ne pourra pas relancer nos spectacles, on ne pourra pas rappeler nos employés. »

Pour la période de 12 mois terminée en septembre dernier, le Cirque aurait généré des revenus d’environ 950 millions de dollars US, avait calculé l’agence de notation Moody’s dans un rapport publié en mars dernier. Ses profits étaient estimés à 155 millions de dollars US.

Source : LE DEVOIR et LA PRESSE CANADIENNE : https://www.ledevoir.com/economie/581637/le-cirque-du-soleil-se-met-a-l-abri-de-ses-creanciers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s