Infos générales

Google paie toujours plus d’un milliard à Apple pour être le moteur de recherche par défaut dans Safari

Les régulateurs britanniques examinent un accord de longue date entre Apple et Google concernant le moteur de recherche par défaut du navigateur Safari du fabricant de l’iPhone, rapporte Reuters.

Selon un rapport actualisé compilé par l’Autorité de la concurrence et des marchés du gouvernement britannique, Google verse à Apple une « majorité substantielle » des 1,2 milliard de livres sterling (environ 1,5 milliard de dollars) qu’elle paie chaque année au Royaume-Uni seulement pour les positions dites par défaut, c’est-à-dire lorsque Google paie une entreprise pour que son moteur de recherche soit le moteur de recherche par défaut dans un navigateur ou une autre plateforme.

Selon le rapport, l’accord crée une « barrière significative à l’entrée et à l’expansion » pour les concurrents de Google. Le rapport suggère également soit de limiter la capacité d’Apple à monétiser de tels accords, soit de donner aux utilisateurs le choix du moteur de recherche lors de la mise en place.

Depuis des années, Mobile Safari s’appuie sur la recherche Google, faisant de l’iPhone un générateur de revenus substantiels pour l’activité de publicité mobile de Google et donnant à Google un avantage concurrentiel sur la concurrence. En 2014, des documents judiciaires ont révélé un paiement d’un milliard de dollars effectué par Google pour sécuriser sa position par défaut sur le mobile Safari aux États-Unis. Les analystes estiment que ce montant n’a fait qu’augmenter au cours des années qui ont suivi. Apple en bénéficie grandement, avec un montant estimé à 9 milliards de dollars par an provenant de ces placements, bien que la société n’ait jamais divulgué de chiffres concrets.

Les autorités de régulation craignent désormais que cet accord massif au Royaume-Uni, qui l’année dernière était 50 % plus élevé que ce que Google a payé pour un placement aux États-Unis il y a plus de six ans pour une région beaucoup plus peuplée, puisse étouffer la concurrence. Les concurrents de Google – bien que peu nombreux, comme Bing et DuckDuckGo de Microsoft, pourraient ne pas être en mesure de payer une somme aussi importante pour un placement de premier ordre sur le navigateur par défaut de l’iPhone. Voici l’extrait du rapport, qui se trouve à la page 13, concernant l’accord :

Dans le domaine de la recherche, Google a négocié des accords avec Apple et avec de nombreux grands fabricants de téléphones portables, en vertu desquels il verse à ces partenaires une part des revenus de la publicité pour la recherche en échange de l’occupation par Google Search des positions de recherche par défaut sur l’appareil. L’ampleur de ces paiements est frappante et démontre la valeur que Google accorde à ces positions par défaut. En 2019, Google a payé environ 1,2 milliard de livres sterling en échange de positions par défaut au Royaume-Uni seulement, dont la grande majorité a été versée à Apple pour avoir été la position par défaut sur le navigateur Safari. Les moteurs de recherche concurrents de Google avec lesquels nous nous sommes entretenus ont souligné que ces paiements par défaut étaient l’un des facteurs les plus importants qui entravent la concurrence sur le marché de la recherche. Les consommateurs accèdent principalement à l’internet par le biais des appareils mobiles, qui représentent plus des deux tiers des recherches générales, une part qui a considérablement augmenté ces dernières années et qui devrait continuer à croître à l’avenir.

Les régulateurs de l’UE et des États-Unis s’intéressent de plus en plus aux grandes sociétés technologies, craignant que la taille et la puissance des entreprises de la Silicon Valley ne les rendent anticoncurrentielles, bien que l’UE ait été beaucoup plus agressive en ce qui concerne l’application effective de ces règles et l’imposition d’amendes. L’UE a infligé à Google de nombreuses amendes de plusieurs milliards de dollars au cours de la dernière décennie, et les autorités de régulation s’intéressent maintenant à Apple pour sa gestion de l’App Store et les frais qu’elle fait payer aux développeurs.

Source : THE VERGE (en anglais) : https://www.theverge.com/2020/7/1/21310591/apple-google-search-engine-safari-iphone-deal-billions-regulation-antitrust

Catégories :Infos générales, Médias

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s