COVID-19

Vu des U.S.A. : Comment le secteur de la musique se porte-t-il dans le contexte de la pandémie de COVID-19 ?

Article en anglais du Los Angeles Times : https://lat.ms/2W2i1kY

Quiconque s’intéresse à l’industrie de la musique sait que la pandémie COVID-19 a dévasté le secteur des tournées, grâce au report des tournées de groupes comme les Rolling Stones et Kenny Chesney et à l’annulation de festivals comme Coachella et Bonnaroo.

Mais le coronavirus a également freiné la croissance du streaming numérique, qui s’est considérablement ralentie après l’entrée en vigueur, à la mi-mars, de nombreuses dispositions relatives au séjour à domicile.

Selon un nouveau rapport de Nielsen Music/MRC Data, l’activité sur les plateformes de streaming telles que Spotify et Apple Music a commencé en 2020, avec une hausse de 20,4 % par rapport à 2019, puis est revenue à une augmentation de seulement 13,8 % entre le 13 mars et le 2 juillet, les auditeurs passant beaucoup moins de temps en voiture ou au gymnase.

L’industrie du concert pourrait perdre 9 milliards de dollars cette année en raison de la pandémie de coronavirus

Comme on pouvait s’y attendre, le ralentissement a été pire pour les ventes de musique enregistrée, surtout sous forme physique : Après un début d’année en hausse de 4,6 %, les ventes d’albums physiques ont chuté au milieu de la pandémie pour terminer le premier semestre 2020 en baisse de 20,3 %.

Malgré cela, les auditeurs ont diffusé suffisamment de musique en streaming entre janvier et début juillet – l’équivalent de 361,2 millions d’albums, selon Nielsen – pour que la consommation totale de musique (dont le streaming représente 85 %) ait augmenté de près de 10 points par rapport à 2019 pour l’année en cours.

Comme ces dernières années, le hip-hop et le R&B dominent incontestablement le marché du streaming, avec neuf des dix artistes les plus consommés (dont Drake, the Weeknd et Lil Uzi Vert) issus de ces genres. Et le 10e ? Billie Eilish, dont le style de pop lunatique et beat-based est profondément inspiré du rap.

Les albums masculins représentent neuf des dix titres de la liste des plus grands disques de 2020, le seul album féminin étant « When We All Fall Asleep, Where Do We Go » d’Eilish. My Turn » de Lil Baby est numéro 1 avec des ventes équivalentes à 1,47 million d’exemplaires, suivi non loin derrière par « After Hours » du Weeknd (1,42 million) et « Eternal Atake » de Lil Uzi Vert (1,37 million).


En ce qui concerne les services de streaming, le plus grand single de l’année est, dans une certaine mesure, « The Box », le hip-hop grinçant de Roddy Ricch de Compton, qui a accumulé plus d’un milliard de flux. Pourtant, à la radio, « The Box » a été devancé par « Circles » de Post Malone, qui, selon Nielsen, a été entendu par un public de plus de 2,2 milliards de personnes.

En 2019, les ventes de vinyle ont augmenté le jour du Record Store Day et ont représenté 11,2 % des ventes du format au cours du premier semestre de l’année. En 2020, l’annulation de l’événement annuel (en raison de la pandémie) a contribué à freiner la croissance des ventes de vinyle de plus de 30 %.

Un an après « Old Town Road », la moitié des 20 singles les plus diffusés en 2020 ont décollé, au moins en partie, à cause de leur passage viral sur TikTok, selon Nielsen. Parmi les chansons à trouver du succès sur l’application de partage de vidéos qui a fait de Lil Nas X une star : « The Box », « Toosie Slide » de Drake, « Say So » de Doja Cat et « Falling » de Trevor Daniel.

Article en anglais du Los Angeles Times : https://lat.ms/2W2i1kY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s