Infos générales

Belgique francophone : rapport du groupe de réflexion « Un futur pour la culture »

Un groupe de réflexion a été mis sur pied, afin de proposer des pistes concrètes en vue du redéploiement de la culture en Fédération Wallonie Bruxelles. Il s’agit de développer, à bref délai, des solutions politiques innovantes pour faire face à la crise causée par le confinement dans le secteur culturel, d’en organiser le redéploiement et d’expérimenter de nouvelles politiques.

Ce groupe réunit une cinquantaine de personnes : expert.e.s, artistes, créateurs et créatrices, acteurs du monde associatif, responsables d’institutions et de lieux de création et de diffusion… Toutes ces personnes témoignent d’une expérience de terrain singulière et de compétences propres à élaborer des propositions de mesures urgentes et originales face aux enjeux présentés.

Ce groupe de réflexion a travaillé à très court terme sur des mesures à adopter dès la rentrée, à moyen terme sur des points d’attention et changements structurels à apporter dans certaines politiques et à certains décrets qui se sont révélés être problématiques en contexte de crise. Mais il ne s’agit pas de remettre à plat les politiques culturelles menées jusqu’ici, mais davantage de reconsidérer les priorités à la lumière de la situation actuelle. Le mandat du groupe de réflexion ne concernait pas l’identification des mesures techniques et des leviers à activer, secteur par secteur. Ce groupe a eu pour tâche de réfléchir au redéploiement du secteur culturel de manière globale, transversale, afin de dégager des visions, des objectifs, des horizons communs pour le redéploiement de la culture.

Ce plan de relance prend comme boussole les droits humains, et en particulier la protection et la promotion des droits culturels. Les propositions qui seront développées s’inscrivent dans une politique qui se donne pour objectif de protéger et promouvoir la liberté de création ; le droit au maintien, à la sauvegarde et à la promotion de la diversité culturelle ; le droit d’accès à la diversité de la vie culturelle, (c’est-à-dire le droit d’avoir/de recevoir les moyens de dépasser les obstacles physiques, financiers, géographiques, temporels, d’ordre symboliques ou socioculturel qui entravent l’accès à la culture) ; le droit de participer à la vie culturelle (au sens strict) qui implique le  droit de prendre part activement à la diversité des vies culturelles, de recevoir les moyens concrets de s’exprimer sous une forme artistique et créative et d’accéder aux « clés » et « références culturelles » permettant de s’exprimer de manière critique et créative et enfin le droit à l’égalité et à la non-discrimination dans l’exercice du  droit de participer à la vie culturelle. Cette boussole des droits humains incite à prendre en compte un autre paramètre majeur dans une réflexion sur un plan de redéploiement visant à renforcer la résilience des politiques culturelles : celui du changement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, susceptible de provoquer de nouvelles crises d’une ampleur bien plus grande que celle de la Covid 19.
 
Le plan de relance est articulé autour de trois axes prioritaires : le soutien à la création, le soutien à la médiation et à la participation culturelle et le numérique. Pour chaque axe, sont d’abord détaillés les points d’attention prioritaire et, ensuite, des propositions d’opérationnalisation.

Eléments de la réflexion

Axe I – Le soutien à la création – Neuf priorités

  • 1) Un véritable statut de l’artiste/ de l’intermittent
  • 2) Un refinancement de la création
  • 3) Décloisonner et croiser les sources de financement de la création
  • 4) La simplicité administrative, la transparence, la bonne gouvernance et l’efficacité dans les mécanismes d’aide
  • 5) Respecter et faire respecter le principe cardinal suivant : tout travail d’un.e artiste mérite rémunération.
  • 6) Privilégier la recherche, l’expérimentation, plutôt que la multiplication d’appels à projets en tous sens
  • 7) Soutenir de manière prioritaire les artistes émergents et hors des circuits institutionnels traditionnels et les artistes qui font l’objet de discriminations systémiques
  • 8) Mutualiser les ressources, développer des outils collaboratifs et la mise à disposition des ressources existantes au service des artistes
  • 9) Encourager le dialogue entre créateurs et institutions patrimoniales au sens large

Le document reprend ensuite différentes pistes d’opérationnalisation avec des suggestions : Clarification des règles de soutien en cas de deuxième crise, Valorisation et développement de la place de l’artiste au sein des institutions culturelles, Soutien à la diffusion, Labellisation et aide aux lieux qui sont des leviers pour la création, Encouragement du mécénat et « Fonds de sauvetage pour la culture », Développement des Contrats de filière innovants, Création d’outils de partage transversaux, RTBF, Autres médias, Inclusivité et diversité.

Axe II – Médiation et participation de tous à la vie culturelle

  1. Consolider les dispositifs de médiation culturelle, les sortir
    des marges
  2. Encourager la complémentarité et la circularité entre médiation culturelle horizontale et verticale
  3. Encourager la rencontre et la connaissance des publics et de leurs codes
  4. L’importance du territoire, de l’investissement dans l’espace public
  5. L’importance d’une présence artistique durable sur un territoire
  6. L’hybridation des problématiques artistiques et sociétales ; les projets contextuels et la création partagées
  7. L’importance de la médiation culturelle à l’école
  8. Le numérique comme outils de médiation et la culture « physique »

Le document reprend ensuite différentes pistes d’opérationnalisation avec des suggestions : Renforcement et consolidation des expériences existantes, Renforcement, généralisation et systématisation des dispositifs garantissant l’accès et la participation à la vie culturelle à l’école – PECA, Analyse, labellisation et aide aux tiers lieux, Création d’une plateforme de partage des bonnes pratiques et d’analyse des publics, Rendre confiance au public et surmonter les peurs.

Axe III – Le numérique

  1. Développer une politique culturelle numérique
  2. Affronter la fracture numérique
  3. Prêter attention à la durabilité
  4. Respecter la vie privée
  5. Garantir le respect des droits d’auteur
  6. Consolider ou développer un modèle économique garantissant la rémunération des créateurs lors de la mise à disposition de contenus au public en ligne
  7. Investir dans des outils numériques de communication, d’information et de fabrique du lien avec les publics
  8. Investir dans le numérique comme outil de diffusion
  9. Investir dans le numérique comme outil de médiation
  10. Accompagner et former les acteurs culturels aux outils numériques

Le document reprend ensuite différentes pistes d’opérationnalisation avec des suggestions : Accompagnement des démarches de diffusion d’œuvres sur des plateformes privées, Développement de plateformes publiques de diffusion de
contenus accompagnés d’outils de médiation culturelle, Développement d’outils de médiation culturelle, Formation professionnelle et accompagnement, Développement d’outils pour les professionnels

Pour avoir accès au rapport complet : https://bit.ly/32mHJEK

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s