COVID-19

Québec : le nombre maximal de spectateurs dans les salles va passer de 50 à 250 personnes à partir du lundi 3 août

Le milieu culturel attendait cette décision avec impatience. Jeudi après-midi, la Direction de la santé publique a annoncé que le nombre maximal de spectateurs dans les salles allait passer de 50 à 250 personnes à partir du lundi 3 août. Pour le plus grand bonheur des artisans du milieu des arts de la scène.

De nombreuses catégories de lieux et d’évènements intérieurs pourront bénéficier de ce nouveau plafond de 250 personnes. Parmi ceux-ci, les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas, ainsi que les productions, tournages ou captations de spectacles devant public.

C’est aussi avec un grand cri de joie lancé à l’unisson que les musiciens de l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM) ont accueilli l’annonce de l’autorisation des rassemblements de 250 personnes. « Pour nous, c’est significatif. On est prêts avec une programmation 2020-2021 qui n’avait pas encore été annoncée, puisqu’on attendait seulement des nouvelles de la Santé publique. Elle sera dévoilée dans les prochaines semaines pour débuter en septembre », précise Pascale Ouimet, chef des relations publiques de l’institution. « Je peux vous dire que les musiciens ont très hâte de jouer devant un public », confie-t-elle. Cet été, l’OSM n’a pas chômé, puisqu’il donne quelque 70 concerts pop-up dans divers lieux comme des parcs ou des CHSLD, prenant soin de ne pas organiser de rassemblements dans ce cadre.

L’ADISQ accueille elle aussi avec enthousiasme le feu vert donné par le gouvernement du Québec. « Si le passage de la limite de spectateurs à 250 annoncée aujourd’hui ne résout pas toutes les inquiétudes et contraintes liées à la représentation de spectacles dans des conditions aussi restreintes, cette étape est fort encourageante pour la reprise des spectacles dans toutes les régions du Québec d’autant plus qu’elle est solidement appuyée financièrement par le gouvernement du Québec », a souligné dans un communiqué Solange Drouin, vice-présidente aux affaires publiques et directrice générale de l’ADISQ.

Jon Weisz, directeur fondateur de la société Indie Montréal et de Scènes de musiques alternatives du Québec (SMAQ) met un bémol à cette annonce.

Pour la Dre Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au CHUM, la décision du gouvernement est difficile à comprendre.

« On est dans une période où il faudrait exercer une prudence, la plus grande, parce qu’on voit que, depuis qu’il y a eu le creux, on a vu les cas remonter graduellement dans plusieurs pays. Alors, d’après moi, ce ne serait pas le temps de relâcher nos exigences. […] On dit aux gens de ne pas se rassembler dans les maisons privées pour faire le party, et puis, d’un autre côté, on dit qu’on fait des rassemblements de 250 personnes. Je ne vois pas la logique », a-t-elle dit jeudi sur les ondes de RDI.

Article plus complet de Luc Boulanger dans La Presse : https://bit.ly/32PdaYF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s