COVID-19

France – Ben Bardaud du Hellfest : «Le risque d’annuler les festivals en 2021 est important»

 Alors que la ministre de la Culture organise les États généraux des Festivals à Avignon, vendredi et samedi, le patron du Hellfest à Clisson, l’un des plus gros festivals de France avec 180.000 spectateurs pour 25 millions d’euros de budget, est très inquiet.

Interview Par Léna Lutaud publiée dans LE FIGARO : https://bit.ly/3jjvcI8 (Extraits ci-dessous)

LE FIGARO. Où en êtes-vous en cette fin septembre ?

Ben BARDAUD. – C’est le grand vertige. Comme les très grandes salles de concerts qui accueillent des dizaines de milliers de spectateurs avec un public debout, nous souffrons d’un manque de visibilité totale. Ce type de concert et les grands festivals comme le nôtre et les Vieilles Charrues sont ceux que l’État a interdits tout de suite. En termes de jauge, nous avons réfléchi à trouver des solutions mais il n’y a rien à faire. Le rock et le metal ne peuvent pas se faire avec un public assis. Il nous reste neuf mois avant l’édition 2021 du Hellfest, les 18,19 et 20 juin où sont attendus des groupes tels Deep Purple, Faith no More, System of a Down, Deftones et Judas Priest. Je garde espoir mais je crains le pire. Je déciderai début janvier si nous pouvons prendre le risque de nous lancer en production. Vous verrez cela pareil pour les tournées internationales de stars comme Elton John et Céline Dion. Ils déplacent des équipes tellement importantes et les enjeux financiers sont tels qu’eux aussi ont besoin d’un minimum de six mois de visibilité.

Pourquoi l’édition 2021 est-elle plus risquée ?

Cette année, je pouvais compter sur un remboursement d’une partie de mon préjudice par notre assureur. Nous ne nous sommes pas encore mis d’accord mais nous progressons pour trouver un terrain d’entente. Je peux aussi compter sur les aides de l’État pour le chômage partiel. J’ai 22 salariés, nous n’avons pas pu travailler depuis mars, pas un centime n’est entré dans les caisses. Jusqu’ici, mon équipe était à 50% de chômage partiel, là, je suis obligé de passer à 30%. C’est très difficile dans ces conditions de garder les salariés motivés. Il y a la crainte, c’est pesant. Il est difficile de travailler dans cette ambiance. Si je lance la production du Hellfest 2021 et qu’en mars, nous sommes obligés d’annuler, nous aurons travaillé pour rien et des millions d’euros de dépenses notamment en décors vont s’accumuler. Mais cette fois, je n’aurai personne vers qui me retourner. Je suis quasi 100% autofinancés avec seulement 15.000 euros d’argent public sur 25 millions d’euros. Je ne toucherai rien de mon assureur et rien de l’État qui me dira « vous n’auriez pas dû faire travailler vos salariés et vos prestataires. » J’attends un rayon de soleil qui donne des raisons d’espérer.

Qu’attendez- vous de ces États généraux ?

Parler d’écologie et de diversité, c’est très sympathique mais l’urgence n’est pas là. La seule question qui vaille, c’est que fait-on si 2021 est sinistrée comme 2020. Et là, impossible de répondre. Je n’attends pas grand-chose de ces États généraux et autres Grenelle. On y utilise des grands mots mais au final, on finit sur rien. Il va falloir aller brûler des cierges.

L’État pourra-t-il sauver quelques festivals ?

Je pense que certains festivals qui dépendent beaucoup de l’argent public comme Avignon seront sauvés. Eux peuvent jouer assis. Mais les deux plus gros festivals que sont le Hellfest et Les Vieilles Charrues, c’est plus compliqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s