Infos générales

Covid-19 et mesures sanitaires: «La fête aide la société à fonctionner»

Soirées privées ou rave-parties, des fêtes continuent à être organisées malgré l’épidémie de Covid et leur interdiction. Mais que se joue-t-il donc dans « la fête » ? Emmanuelle Lallement, anthropologue et professeure à l’université Paris VIII, a coordonné la revue « Éclats de Fête ». Elle revient sur la place occupée par la fête dans le monde social.

RFI : Est-ce important de faire la fête ?

Emmanuelle Lallement : Pour l’anthropologie, la fête appartient à la vie sociale. Elle en est des modalités. À ce titre, la fête est donc loin d’être superflue. Ce qu’on réalise d’autant plus maintenant que la fête est interdite, c’est qu’elle est nécessaire. La fête devient l’emblème de tout ce qui nous manque en ce moment en matière de relations sociales. Elle symbolise les rapports humains en dehors de l’entre-soi et de l’univers domestique.

Une fête permet de rencontrer des gens au-delà de son milieu familial et, surtout, elle permet d’investir d’autres lieux que le chez-soi. Son interdiction souligne donc en ce moment son caractère nécessaire et utile, elle le remet au premier plan. Même s’il s’agit d’un espace très cadré et codifié, la fête reste un lieu de relâchement des identités et des comportements sociaux habituels. C’est pour cela que cela fait du bien.

Suite et entrevue complète par :Lou Roméo pour RFI : http://bit.ly/3r4srhh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s