Infos générales

Robot rock : les grandes technologies peuvent-elles choisir la prochaine mégastar de la pop ?

Face à tant de nouvelles musiques, les majors utilisent des algorithmes pour traquer les tubes de demain. Est-ce une bonne nouvelle pour les étoiles montantes – ou la recette d’un nouvel avenir fade ?

Pendant des décennies, les dénicheurs de talents ou les professionnels de l’A&R des maisons de disques avaient l’habitude de trouver de nouveaux chanteurs, musiciens et MC en allant à des concerts, en écoutant la radio, en discutant avec des gens dans les magasins de disques, en recevant des conseils de pros bien connectés tels que des promoteurs de concerts et en écoutant des cassettes de démonstration non sollicitées. Au cours des 15 dernières années, cependant, le processus a changé. En 2006, Adele a attiré l’attention de XL records à Londres via les chansons qu’elle avait téléchargées sur MySpace. En 2008, Justin Bieber a été arraché à l’obscurité d’Internet après que le recruteur de talents américain Scooter Braun ait accidentellement cliqué sur une vidéo YouTube. Billie Eilish a trouvé la célébrité via un téléchargement SoundCloud 2015. En 2019, Lil Nas X a été signé chez Columbia après avoir atteint un large public sur TikTok.

Aujourd’hui, n’importe qui peut mettre une chanson sur un service de streaming dans l’espoir d’être découvert, et ces plateformes sont effectivement devenues des réservoirs de talents largement inexploités.

Article complet et détaillé en anglais par Alex Rayner pour The Guardian : https://bit.ly/3yo5Gs6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s