Developpement durable

« Nous n’avons plus le luxe de ne plus y penser » : ce que les musiciens peuvent faire dans la crise climatique

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a été publié lundi et nous présente un défi urgent, mondial et sans précédent. Que peuvent faire les artistes ? Le Journal of Music (Irlande) s’est entretenu avec trois musiciens qui s’intéressent au problème dans leur travail depuis plusieurs années.

« C’est évidemment extrêmement déprimant », déclare le compositeur Sebastian Adams, qui a produit l’année dernière avec son groupe Kirkos Ensemble une grande série de « rencontres en plein air » à Dublin intitulée Biosphère . La série a été inspirée par le défi de la crise climatique et a présenté des travaux radicaux d’Adams, Seán Clancy, Jennifer Walshe et Tom Lane.

L’œuvre d’Adams s’intitulait  Tide Quartet et a commencé avec le quatuor jouant sur la terre ferme à Blackrock Baths et s’est poursuivie jusqu’à ce que la marée montante atteigne le cou des interprètes. C’était une pièce puissante qui soulignait le danger alarmant de la crise. La question a continué d’influencer le compositeur.

En 2019, la pianiste et compositrice anglaise Sarah Nicolls a interprété son œuvre 12 Years in Galway. Le travail a été influencé par le rapport précédent du GIEC disant qu’il nous restait 12 ans pour agir, mais le nouveau rapport change les choses :

Cela semble alarmant sur le plan des mathématiques, car techniquement, il devrait maintenant rester neuf ans, alors qu’en réalité [le nouveau rapport du GIEC ] semble dire… [il reste] cinq ans et demi de budget carbone, donc d’une manière ou d’une autre, nous avons perdu quelques années… c’est exponentiel… c’est complètement alarmant…

12 Years est une pièce écrite pour sa propre création, le « piano à l’envers », et comprend des segments de discours de Greta Thunberg. Nicolls a été encouragée par la réponse à la pièce lorsqu’elle l’a interprétée en Irlande et au Royaume – Uni , le public disant qu’il se sentait plus en mesure de faire quelque chose après l’avoir entendue. Elle pense qu’en fin de compte, la musique peut jouer un rôle influent en raison de sa capacité à rassembler les gens.

Article complet en anglais pour The Journal Of Music (Irlande) : https://bit.ly/3xIVSZ3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s