Droits d'auteur et droits voisins

Point de vue : Le droit d’auteur de la musique en Chine hier et aujourd’hui

Ce point de vue – plus complet dans l’article en anglais – est celui d’un représentant de la société chinoise Musicinfo, prestataire de services qui est enregistrée auprès de l’Administration nationale de la propriété intellectuelle, RPC, en Chine. : https://bit.ly/2ZGrGSU et qui est repris par le site Musik Think Tank.

Au moment de la rédaction de ce blog (octobre 2021), la protection du droit d’auteur pour la musique en ligne en Chine est l’une des plus élevées au monde aujourd’hui, malgré des informations obsolètes sur ce sujet sur Wikipédia  de 2008 indiquant le contraire.  Si vous avez basé votre connaissance du droit d’auteur de la musique en Chine sur la première chose que votre recherche Google a trouvée sans vérifier plus de sources, il se peut que vous ayez eu des doutes quant à la distribution de votre musique en Chine. Nous avons maintenant commencé le processus de mise à jour des informations sur wikipedia. En attendant, laissez-nous vous donner un aperçu de la situation actuelle concernant le droit d’auteur de la musique en Chine.

Les consommateurs chinois de musique numérique ont pris l’habitude d’accéder à la musique légalement assez rapidement après avoir interdit la musique sans licence sur les services de streaming et cela se voit en chiffres concrets : les revenus de la musique numérique sous licence de l’industrie du disque en Chine sont passés de 90 millions de dollars (2014) à 195 millions de dollars (2017) et la plupart provenaient du streaming musical. Les revenus du streaming musical représentaient 18,5% des revenus totaux de l’industrie musicale chinoise en 2017 (voir image 1). En 2018, 96 % des consommateurs écoutaient de la musique sous licence.

Les services de streaming en Chine se faisaient concurrence en partie en essayant d’offrir du contenu, ce que les autres services ne pouvaient pas, et visait ainsi à pousser plus loin le droit d’auteur pour réduire encore plus le piratage. Après que l’Administration nationale chinoise du droit d’auteur a exprimé son intention de se débarrasser de ces droits exclusifs que les sociétés de streaming monopolisent, Tencent et NetEase ont accepté de partager 99% de la musique sur laquelle ils avaient des droits exclusifs pour la sous-licence en 2018. Aujourd’hui, l’administration d’État for Market Regulation vise à maintenir un environnement de concurrence sain entre les services de streaming en Chine en renonçant à des droits exclusifs excessifs. 

Du point de vue des sociétés de streaming, cet environnement numérique non exclusif et protégé par le droit d’auteur permet aux entreprises de se concentrer sur la création de leur propre contenu et sur l’amélioration de l’expérience client plutôt que de dépenser beaucoup d’argent en frais de licence exclusifs. En savoir plus sur les aspects uniques des plateformes de streaming chinoises ici . 

Ce point de vue en anglais est celui d’un représentant de la société chinoise Musicinfo, prestataire de services qui est enregistrée auprès de l’Administration nationale de la propriété intellectuelle, RPC, en Chine. : https://bit.ly/2ZGrGSU et qui est repris par le site Musik Think Tank.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s