Afrique

Étude portant sur le marché numérique de la musique en Afrique de l’Ouest : Le diagnostic de Lord Alajiman, Expert en culture digitale

Il y a le manque d’intérêt de la diffusion des contenus au-delà du manque de confiance dans le numérique, qui réside sans doute dans les faibles revenus générés pour les acteurs de la musique, d’une chaîne de valeur contraignante imposée par les opérateurs de télécommunication. Les coûts de cette chaîne de valeur peuvent atteindre plus de 63% en sus de la redevance au titre du droit d’auteur, le reste revient aux plateformes et producteurs» renseigne l’étude parcourue par Social NetLink.

Dans sa présentation, Mansour Sagna soulève également le problème du modèle économique, de la législation, de la formation des acteurs, du Value gap et des moyens de paiement liés au faible taux de bancarisation en Afrique.

En effet, l’exploitation de la musique dans le numérique, doit reposer sur une bonne législation en matière de droit d’auteur et un régime fiscal allégé pour les auteurs et entreprises de production. Mais, détaille le rapport, «sur le continent africain, depuis la crise de la vente des supports analogiques et le ralentissement d’un modèle socioéconomique centré sur la consommation de la musique sur support physique, les contrecoups de la piraterie et de la contrefaçon ont prophétisé l’avènement d’un nouvel essor, impulsé par l’accès à internet i».

Article complet en français sur Vipeople : https://bit.ly/3dJUXA5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s