COVID-19

Canada : Alors que les confinements se lèvent, les musiciens canadiens ont plus que jamais besoin de soutien en santé mentale

Basement Revolver, Bad Waitress, Maylee Todd et d’autres s’expriment sur les difficultés financières et psychologiques des deux dernières années. De nombreux Canadiens ont souffert du fait que la pandémie a détruit les liens sociaux. En novembre 2021, la société d’études de marché Léger a constaté qu’un répondant sur cinq décrivait sa santé mentale comme mauvaise, et que la moitié des répondants s’inquiétaient de leur capacité à accéder aux soins [via CTV]. Les musiciens sont particulièrement vulnérables, compte tenu de la précarité de leurs revenus.

Jesse Northey, directeur exécutif et manager d’artistes à Victory Pool, est particulièrement conscient des difficultés auxquelles sont confrontés les musiciens. Il note qu’en raison de la nature de son travail – demander à un artiste s’il lui reste de l’argent sur son compte bancaire pour financer un voyage, par exemple – il établit souvent des relations très personnelles avec les artistes qu’il gère, ce qui donne à ces derniers le sentiment qu’ils peuvent être vulnérables avec lui d’une manière qu’ils ne peuvent pas l’être avec d’autres. Parfois, ces relations prennent des contours uniques, nécessitant des compétences qui ne figurent pas forcément dans la description de poste d’un manager d’artistes.

« La plupart du temps, je suis la personne qui parle aux gens de certaines des choses difficiles qui se passent dans leur vie », dit Northey. « Si quelqu’un traverse une période difficile, il peut m’appeler, parce que nous travaillons ensemble si étroitement sur tant d’autres choses que nous avons en quelque sorte un lien. » Si un artiste ressent le poids de la maladie mentale – stress et anxiété liés, par exemple, aux finances – alors Northey offre souvent une oreille attentive.

« Les pressions financières auxquelles beaucoup d’artistes sont confrontés sont très élevées », explique Northey. « L’argent n’arrive pas toujours quand il est censé arriver. Même lorsque les choses se passent bien avec les subventions, il arrive que l’argent mette des mois et des mois à arriver, [ou] qu’un chèque soit envoyé à la mauvaise adresse. Il y a une vraie tension et un vrai stress autour de beaucoup de ces choses ».

Une autre vague d’annulations de tournées due à la variante Omicron a fait du tort aux artistes qui étaient déjà dans une situation financière précaire, selon Northey.

Article complet en anglais par Alisha Mughal pour Exclaim : https://bit.ly/3i8pgCP

Catégories :COVID-19, Infos générales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s