Infos générales

U.K. – Les artistes sont rançonnés : les musiciens ont du mal à rentrer dans leurs frais alors que les salles et Universal écrèment les ventes de produits dérivés.

Le Guardian a découvert qu’Universal Music Group profite de la réduction de 25 % que la chaîne britannique de salles de concert AMG prélève sur les ventes de produits dérivés des concerts, à un moment où les artistes sont en difficulté.

Avec le retour de la musique en direct après presque deux ans d’interruption due à la pandémie, les artistes n’ont jamais autant ressenti le pincement du cœur. Souvent, le merchandising est l’un des rares moyens pour eux de faire des bénéfices sur un spectacle. Mais comme les salles de l’Academy Music Group (AMG), telles que le Forum, prennent une commission de 25 % sur les ventes de produits dérivés, leurs marges bénéficiaires sont de plus en plus réduites.

« Un taux de commission de 25 % est un sacré coup à prendre sur les ventes de produits dérivés, et il ne semble pas justifié ou transparent de savoir où va cet argent », explique Helena Watmuff de Candy Artists, qui gère Dry Cleaning. « Malheureusement, il n’était pas possible de baisser ce montant, alors nous leur avons fait savoir que nous allions chercher des alternatives à la vente sur place. »

Une enquête du Guardian a permis d’apprendre qu’Universal Music Group (UMG) – la plus grande des trois grandes maisons de disques du monde – prélève également une partie des bénéfices d’AMG sur les ventes de produits dérivés.

AMG gère plusieurs salles dans des villes du Royaume-Uni telles que Birmingham, Bristol, Glasgow, Leeds, Leicester et Manchester, ainsi que l’O2 Forum Kentish Town, l’O2 Academy Brixton et l’O2 Shepherd’s Bush Empire à Londres.

UMG a confirmé que les stands de produits dérivés dans certains ou tous ces lieux – sans préciser combien – sont sous-traités à une société de longue date appelée Concessions Management International Ltd (CMI), qui fait partie de Bravado, la division des produits dérivés d’UMG.

Lorsqu’un artiste vend des produits dérivés dans ces lieux, 25 % des recettes brutes reviennent à AMG et UMG, même si l’artiste en question n’est pas signé par UMG.

Article complet en anglais par Eamonn Forde pour The Guardian : https://bit.ly/3uKEC7o

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s