Infos générales

La Cour de l’UE rejette l’opposition de la Pologne à la réforme de l’article dix-sept de la sphère de sécurité

La Cour de justice de l’Union européenne a jugé que la sphère de sécurité réformant l’article dix-sept de la directive européenne de 2019 sur le droit d’auteur équilibrait efficacement la propriété intellectuelle et les droits à la liberté d’expression en Europe, de sorte que tous les détracteurs de ces réformes peuvent aller se faire voir ailleurs. Surtout le gouvernement de la Pologne.

Pour l’industrie musicale au sens large, l’article dix-sept était l’élément le plus important de la directive de 2019 qui a modifié le droit d’auteur de l’Union européenne.

Il renforçait spécifiquement les obligations des plateformes de téléchargement comme YouTube qui, selon l’industrie musicale, abusaient régulièrement d’une sphère de sécurité en matière de droit d’auteur initialement prévue pour les fournisseurs de services Internet et les sociétés d’hébergement de serveurs afin de s’en tirer en diffusant des quantités de musique sans licence sur leurs plateformes et/ou de forcer les maisons de disques, les éditeurs de musique et les sociétés de gestion collective à accepter des conditions moins favorables dans les accords de licence.

L’article 17 s’est avéré très controversé lors de la négociation de la directive, ses détracteurs estimant qu’en renforçant les obligations des plateformes de téléchargement pour filtrer les contenus violant le droit d’auteur, la nouvelle règle constituait une attaque contre la liberté d’expression sur Internet. En cours de route, l’article 17 a été modifié pour répondre à ces préoccupations, mais peu de critiques ont été apaisées.

« La République de Pologne a introduit devant la Cour de justice un recours en annulation de l’article 17 de la directive 2019/790. Selon la requérante, cet article porte atteinte à la liberté d’expression et d’information garantie par l’article 11 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne ».

Cette demande a été initialement examinée par l’avocat général de la Cour de justice de l’UE qui, l’année dernière, a conclu que la version finale de l’article dix-sept avait suffisamment traité les problèmes de liberté d’expression soulevés par les nouvelles obligations imposées aux plateformes de téléchargement. Les juges de l’UE qui examinent officiellement l’affaire sont parvenus à la même conclusion hier.

Article complet en anglais par Chris Cooke  pour CMU : https://bit.ly/3xZAGSk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s