Infos générales

Belgique – Festivals : quand y en a plus, y en a encore plus !  

La Belgique a toujours été une terre de festivals. Mais après deux ans de pandémie, l’offre est telle qu’elle en devient absurde. Le public va-t-il répondre présent ?  

Faisons le point. On doit les quatre nouveaux festivals à des opérateurs déjà bien en place. Le Core est proposé par Tomorrowland et l’agence Live Nation ; Werchter Encore est un énième spin-off de Rock Werchter ; Hear Hear ! en est un du Pukkelpop ; et Atøm, une version des Ardentes en terre bruxelloise. Ajoutons à cela l’Arena5 (fruit d’une tripartite entre les Ardentes, BrusselsExpo et l’agence Greenhouse Talent), série de concerts en plein air sur le plateau du Heysel, qui avait été lancé l’an dernier et prend aujourd’hui officiellement la place du Brussels Summer Festival, victime de la pandémie et des difficultés financières de BrusselsExpo.

Embouteillage d’artistes et besoin de se refaire ? Oui, mais pas que. Car depuis une quinzaine d’années, il y a une tendance nette « de proposer des plus gros concerts en format Arena, c’est-à-dire de 15.000 à 20.000 places », note Paul-Henri Wauters du Botanique. Une ambition des secteurs publics et privés, politique et marchande. Et en Belgique, à défaut de salles de ce type (sinon le Sportpaleis d’Anvers et le Palais 12), cela se traduit par des concerts en plein air, façon Arena5, ou des festivals. Au point d’en avoir trop ?

Article complet par DIDIER ZACHARIE pour le Quotidien Le Soir : https://bit.ly/3MhMHXQ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s