Afrique

Comment les médias sont devenus les outils centraux du soft power chinois en Afrique

Comme la grande majorité des accords entre la Chine et les pays africains, la coopération médiatique se fait dans le cadre du projet de la Nouvelle route de la soie. Xinhua, notamment, en profite pour signer des accords de partage de contenu avec plusieurs médias africains. En novembre 2021, China Media Group (CMG), l’entreprise publique qui supervise RCI et CGTN (ancienne CCTV), met en place une plateforme de coopération avec 36 médias africains, dont un élément important est le partage de contenus. Il y a, par exemple, l’accord entre le service Hausa de CMG et des sociétés de médias nigérianes afin d’établir une plateforme commune pour les médias en langue hausa. 

L’aspect médiatique représente clairement un des axes importants de la coopération entre la Chine et l’Afrique. S’il semble compliqué de chiffrer les investissements médiatiques de l’empire du milieu sur le continent, il suffit d’observer les réactions de ses concurrents pour se faire une idée de leur importance et de leur impact. Selon un article de l’Institut national de l’audiovisuel français , « le déploiement médiatique de la Chine sur le continent africain a provoqué de vives réactions en France et au Royaume-Uni, anciennes puissances coloniales des pays visés par la Chine, dont l’influence tend à s’amenuiser depuis l’arrivée du nouveau partenaire chinois ».

Pour la présidente de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse, le groupe doit renforcer sa stratégie et son influence en Afrique pour prévenir l’ancrage de nouvelles influences étrangères, comme celle de la Chine par exemple. Du côté de la Grande-Bretagne, la nouvelle dimension des médias chinois en Afrique a poussé à la hausse les investissements du gouvernement dans sa présence médiatique en Afrique.

Un rapport du think tank américain Atlantic Council, publié en avril 2022, permet de mesurer les bénéfices de cette influence pour la Chine.

Une étude, présentée dans le cadre de ce rapport, s’est penchée sur la relation entre l’augmentation des investissements directs étrangers chinois dans 54 pays africains et les préférences accordées par ces pays aux votes chinois à l’Assemblée générale des Nations unies. « Les auteurs ont constaté que sur la période de dix-huit ans étudiée, l’alignement politique entre la Chine et les pays africains a augmenté d’environ 80 % », déclare le rapport.

Article complet en français par Servan Ahougnon pour L’Agence Ecofin : https://bit.ly/3LmInVT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s