Archives d’Auteur

printzpatrick

Ancien Directeur de Wallonie-Bruxelles Musiques, bureau export et secrétaire de l'association internationale des experts culturels francophones. conseiller indépendant.

How Can You Eat When Everyone Is Starving?

It’s increasingly difficult to make the work, to show work, to develop your craft, and secure the funds or pay out of pocket to fulfill the kind of call to action that was being solicited. How can we continue to encourage people to dream this dream? Would you encourage your loved ones to keep driving a car that is running on fumes? How can you eat when everyone is starving?

Produits dérivés : l’avenir de l’industrie musicale ?

Les ventes de disques chutent d’année en année, ce qui inquiète beaucoup les labels de production musicale. Si ce secteur est en perte de vitesse, celui des produits dérivés, lui, a le vent en poupe. Les festivals et sites internet vendent davantage de casquettes que de CD, et les vêtements à l’effigie de certains groupes représentent un élément identitaire fort. Les produits dérivés sauveront-ils l’industrie musicale ?

Londres est la capitale de la musique, selon les voyageurs

Londres arrive ainsi en tête de ce top des voyages prescrits aux mélomanes.
Le palmarès, qui rassemble aussi bien des capitales que des régions ou des îles, inscrit la Nouvelle-Orléans en deuxième position, avec 17% de suffrages. Pour sa part, Ibiza ferme la marche du trio gagnant (10%). Pourtant portée par une scène électronique reconnue, Berlin n’arrive qu’à la dixième position, avec seulement 2% de plébiscites.

European Cultural Institutes Abroad | Cultural Diplomacy Platform

The objective of this study commissioned by the European Parliament in 2015 is to have a better understanding of the role that the national cultural institutes of EU Member States could play in a European strategy for culture in the EU’s external relations. It analyses the strengths and weaknesses of their missions, structures and resources. This study aims in particular at determining whether the national cultural institutes of EU Member States have a European dimension and whether they would be able to assist the EU in further promoting its priorities and fundamental values in third countries.

Québec – Place aux Éditeurs : Jehan Valiquet ou l’art de la rencontre

Dès ses débuts, Jehan V. Valiquet perçoit la francophonie, tout particulièrement la France et la Belgique, comme un terrain de jeu. Il fait de sa spécialité la sous-édition, la représentation de catalogues de chansons françaises ou belges pour le territoire canadien. Tout au long de son parcours d’éditeur, des liens de confiance se tissent de l’autre côté de l’Atlantique.

Fédération Wallonie-Bruxelles – Budget 2017 – Un « rattrapage » pour les théâtres  (arts de la Scène)

L’ajustement budgétaire a eu lieu ce jeudi et la ministre, dans un communiqué, annonce qu’elle a obtenu un complément budgétaire de 3,2 millions pour la culture, dont 2 millions alloués aux arts de la scène en général (théâtre, danse, musique, etc.) qui seront affectés en priorité à l’emploi et pour consolider les conventions et contrats-programmes existants. Bonne nouvelle donc, même si on ignore encore où iront exactement ces sommes et si elles répondent totalement aux demandes formulées par les théâtres et les compagnies en janvier.

Rhythm & Town, la musique transmedia 

Bousculé par les usages, les modèles économiques de la videolive restent fragiles. Culturebox et les Nouvelles Écritures de France Télévisions, Arte Concert pour la chaîne franco-allemande, Studio+ pour Canal + ou encore des pure players comme Blackpills ou Spicee sont les médias français qui investissent un marché des nouveaux formats culturels du web en plein essor face au géant Netflix. Dans cette course, une startup s’était lancée fin 2014. Rhythm & Town promettait aux artistes de les faire émerger en produisant des vidéos HD de leurs concerts, mises en ligne sur une plateforme de streaming dédiée et même vendues aux diffuseurs.

Kobalt devient un acteur de poids sur le marché de la musique

Sur le marché largement digitalisé de la musique, Kobalt n’est pas la société la plus connue du grand public. Elle y prend pourtant une importance croissante, en gérant en ligne la complexité des droits liés à un morceau. Son nouveau tour de table, de 75 millions de dollars, bouclé en ce début de semaine, confirme tout son potentiel et la confiance des investisseurs, qui la valorisent 775 millions. A commencer par le groupe de médias Hearst, qui a mené cette levée de fonds après avoir aussi investi, par exemple, dans Pandora (lire ci-contre). Il y a deux ans, c’est Google, via son fonds Google Ventures, qui avait pris une participation dans Kobalt.