Infos générales

L’industrie musicale vient-elle de tuer le renouveau du vinyle ? De nouvelles données révèlent une histoire inquiétante (Ted Goia)

Le niveau d’avidité des firmes de disques est hors normes. Parce qu’il est si difficile de gagner de l’argent dans la musique de nos jours, les labels ont décidé de soutirer autant d’argent que possible aux fans de vinyle. C’est un domaine où Spotify et Apple ne sont pas maîtres du jeu, alors pourquoi ne pas faire payer 20 dollars pour un vinyle ? Ou peut-être que 30 dollars, c’est mieux. Bon sang, demandons-en quarante, et voyons qui achètera ?

En d’autres termes, une technologie vieille de 70 ans – et dans laquelle les labels n’ont pratiquement pas investi de fonds supplémentaires – est tarifée comme s’il s’agissait d’une nouvelle innovation brûlante nécessitant des milliards de dollars de capital de démarrage. C’est comme si vous preniez vos vieilles chaussures et essayiez de les vendre vingt fois plus cher que vous ne les avez payées.

Sur un marché où le rétro est à la mode, vous pouvez vous en sortir, du moins pendant un certain temps. J’ai passé beaucoup de temps au fil des ans à étudier l’économie de la fixation des prix, et je peux vous dire avec une confiance absolue que ce que les maisons de disques font en ce moment sera un jour enseigné dans les écoles de commerce comme une étude de cas sur les priorités erronées.

Et maintenant, tout cela commence à se produire. La semaine dernière, Luminate a publié ses chiffres de fin d’année pour le marché de la musique. Malgré tout le battage médiatique, les ventes d’albums en vinyle n’ont augmenté que de 4 %. J’ai entendu certaines personnes s’en féliciter dans des reportages stupides sur la croissance continue du vinyle.

L’industrie de la musique a pris son segment à la croissance la plus rapide et l’a tué par cupidité et paresse.

S’ils avaient suivi le manuel standard pour les industries en croissance (décrit ci-dessus), ils auraient pu ramener le vinyle en tant qu’option de marché de masse. Ils auraient pu facilement convaincre 40 à 50 millions de consommateurs d’acheter une douzaine d’albums vinyles par an. Cela créerait un marché total plus de 10 fois plus grand que le marché actuel.

Dans ce genre de monde, les musiciens en profiteraient. Les magasins de disques prospéreraient. La fidélité des fans augmenterait. Et les maisons de disques auraient plus d’argent pour elles-mêmes et un moyen légitime de gagner de l’argent qui ne repose pas sur les technocrates de la Silicon Valley et les plateformes de streaming hostiles.

Bref, la culture serait plus saine.

Article complet et plus détaillé en anglais sur le blog de Ted Goia (où vous pouvez vous inscrire afin de recevoir sa lettre d’information et aussi vous abonner si intérêt) : http://bit.ly/3QKZaGy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s